"On remet en état tout ce qu’on peut": des ouvriers réparent fissures et nids de poule sur nos routes… de façon provisoire (vidéo)

Les routes et les autoroutes ont souffert pendant l'hiver. Le gel et le froid ont provoqué des fissures et des nids de poule qui représentent un danger pour les automobilistes. En attendant de pouvoir les réparer totalement, des équipes circulent régulièrement en Wallonie pour repérer ces dégâts et les colmater provisoirement.

Nathanaël Pauly et Ghislain Federspiel ont suivi deux ouvriers de voirie pour le RTLINFO 13h. Chaque jour, ils parcourent les 280 km de leur district routier, celui de Sinsin (Somme-Leuze), l’un des plus vastes de Wallonie. Ils surveillent de près l’état des routes et s’arrêtent pour réparer les dégâts de l’hiver. "L’apport du sel sur les voiries n’est pas sans conséquence donc on doit intervenir, explique Stéphane Houyoux, chef de régie au district de Sinsin. On intervient déjà pendant l’hiver mais c’est plus compliqué avec le gel et les mauvaises conditions. Ici, on remet en état tout ce qu’on peut."


A quand les réparations à plus long terme ?

Ces deux dernières semaines, rien que dans ce district, 11 tonnes de tarmac ont été déversées sur les routes. En quelques minutes, le trou est rebouché et le danger pour les automobilistes écarté, du moins provisoirement, car ce tarmac posé à froid ne résistera au moins que quelques mois. "Les réparations à plus long terme interviennent quand les températures seront plus clémentes, assure Laurence Zanchetta, porte-parole du service public de Wallonie. A partir de 8 degrés, on pourra commencer avec de l’asphalte et donc du tarmac à chaud. Ce sont des réparations qui vont durer. Elles doivent être effectuées par des entrepreneurs parce que dans nos régies, nos agents ne sont pas outillés."


Garanti 5 ans

Les équipes de la région n’ont pas assez de moyens humains et matériels pour effectuer des réparations sur le long terme. Elles doivent donc faire appel à des prestataires externes et si ces travaux sont mal réalisés, la région peut se retourner par la suite contre ces entrepreneurs. "Le travail effectué par un entrepreneur est garanti 5 ans. Cela veut dire que sur une route ou une autoroute qui vient d’être refaite, si on constate une anomalie, un nid de poule, une fissure tout à fait anormale après, par exemple, un an, il y a cette garantie qu’on va faire jouer."

Si les chantiers sont encore nombreux, la qualité du réseau wallon semble néanmoins s’améliorer. En 2011, 2.000 plaintes avaient été introduites concernant des voitures endommagées à cause de l’état des routes. Elles étaient quatre fois moins nombreuses en 2017, 500 plaintes.

Vos commentaires