En ce moment
 
 

Toutes les agences bancaires d'Havelange bientôt fermées: "Le citoyen d’une zone rurale devient citoyen de seconde zone"

 

La Belgique compte de moins en moins d’agences bancaires. En 10 ans, leur nombre a diminué de près de 40%. La tendance n’est pas neuve, elle prend une ampleur particulière dans certaines communes rurales. A Havelange, en province de Namur par exemple, d’ici le mois d’avril, les trois agences de la commune auront disparu.

Pour la banque ING d'Havelange et son distributeur de billets, la fermeture prévue le 31 décembre. "Il y a chaque fois des gens qui n’acceptent que du cash pour leur commerce, donc c’est embêtant", dit un jeune habitant. 

Plus haut, dans la même rue, l’agence BNP disparaît le 15 janvier. "Le problème, c’est pour le cash", dit un autre riverain. "Et aussi pour les conseils."

Dernière agence fermée en avril

L’agence voisine, Belfius, ferme ses portes le 1er avril. "Pour les personnes âgées, ça va poser pas mal de difficultés, parce qu’en plus en milieu rural, on sait bien que les transports en commun n’ont pas toujours une offre satisfaisante et qui réponde à la demande", dit un autre habitant de la commune.  Pour retirer de l’argent ou pour un service: les agences les plus proches du centre d’Havelange se trouvent à une dizaine de km.  "C’est comme ça un petit peu dans tous les villages, mais il n’y a plus de service hein !"

Le comportement des clients change 

"Il n’est pas question de leur en vouloir mais c’est très dommage", explique Nathalie Demanet, bourgmestre d’Havelange. "Inévitablement, ça place le citoyen d’une zone rurale en citoyen de seconde zone."

Pour justifier les fermetures, les institutions bancaires évoquent le comportement des clients qui a changé. Ils vont davantage sur internet qu’en agence.

BPost contraint d'installer un distributeur

Pour ses 5.200 citoyens la commune vient d’interpeller la société Bpost. "BPost a dans son contrat de gestion qui le lie à l’Etat, une obligation de mettre en place un distributeur de billets accessible de 6 à 24 heures, 7 jours sur 7, là où toutes les banques classiques sont en train de déserter la place."  

La crainte des autorités communales est que l’arrivée de ce distributeur ne prenne plusieurs mois.

 

Vos commentaires