En ce moment
 
 

Un 3e incendie en 4 jours à Mettet: le bourgmestre parle d'un crime commis par des personnes "sans foi ni loi" (vidéo)

 
 

Un chalet a flambé la nuit dernière à Mettet. Le troisième incendie, apparemment criminel, en à peine 4 jours dans la commune. Des faits qui rappellent, étrangement, ce qui s'était passé, sur place, il y a une dizaine d'années, lorsqu'un pyromane y avait été arrêté pour plusieurs incendies.

Encore un incendie au parc résidentiel du Lac à Mettet. La nuit dernière, il était minuit lorsqu’une maison sociale de la commune a pris feu. C’était le 3ème incendie dans ce hameau en 4 jours.

Sur place, nos journalistes ont rencontré des riverains troublés par ces événements. Notamment Michel, qui se souvient de pas moins de 40 incendies entre 2008 et 2012. Ensuite, c’était l’accalmie jusqu’à aujourd’hui. "On était tranquille depuis quelques années, maintenant ça recommence. Combien il y en aura encore ?", désespère-t-il. 

"Ça nous inquiète énormément parce qu’il y a la vie des riverains qui est en danger, et bien sûr aussi avec tous les dangers potentiels qui se trouvent à proximité (…)", confie Marc Gilbert, colonel des pompiers de la zone Val de Sambre.

"J’ai mis un cadenas sur ma barrière mais je vais faire comme avant, dormir à une heure du matin, deux heures pour monter la garde", raconte George, riverain.

 Qu’ils sachent qu’ici on vit selon les règles et les lois applicables sur la commune

À l’époque, en 2011, un pyromane avait été pris en flagrant délit. Il ferait partie, selon les riverains, d’une bande qui sème la terreur dans le hameau.

"Ces personnes-là sont des gens sans foi ni loi qui veulent vivre autrement. Mais il faut qu’il sache qu’ici on ne vit pas autrement mais selon les règles et les lois qui sont applicables sur la commune", explique Yves Delforge, le bourgmestre de Mettet. Et ce dernier d'adresser un avertissement aux pyromanes : "À partir de maintenant, je ne voudrais pas être à votre place".

300 personnes résident aujourd’hui dans ce parc résidentiel. Mais personne n’ose vraiment réagir par crainte de représailles. Une enquête est en cours pour déterminer l’origine des récents incendies.




 

Vos commentaires