En ce moment
 
 

Un ado violemment agressé à Namur: 2 nouveaux suspects interpellés

Un ado violemment agressé à Namur: 2 nouveaux suspects interpellés
 
 

Deux nouveaux suspects ont été interpellés à la suite de l'agression violente d'un jeune de 15 ans survenue lundi à Namur, indique mercredi le parquet namurois. Deux suspects avaient déjà été interpellés. Le dossier a été mis à l'instruction pour extorsion ainsi que coups et blessures avec préméditation.

Vous êtes nombreux à nous avoir alertés d'une agression survenue ce lundi 11 octobre à Namur. Cette information circulait sur les réseaux sociaux et était accompagnée du visage tuméfié d'un jeune homme sur un lit d'hôpital. "Ethan, 15 ans, a été agressé hier après 16h à la gare de Namur. Cette ville devient Chicago", a écrit une personne. 

Le parquet de Namur nous avait confirmé qu'une agression a eu lieu ce lundi après-midi. Elle ne s'est pas produite à la gare de Namur comme l'affirmaient des publications sur les réseaux sociaux mais avenue Jean Ier. La victime est un jeune de 15 ans qui réside dans l'arrondissement de Namur. "Il s'agit d'une agression assez violente. C'est un règlement de comptes entre des personnes qui se connaissent", nous a expliqué la magistrate de presse Audrey Seminara. 

Le père de la victime, Patrick, réfute la version de parquet de Namur et l'idée qu'il s'agisse d'un règlement de comptes. Selon lui, son fils a été sauvagement agressé après avoir entretenu une relation avec une fille dont l'entourage n'aurait pas accepté la liaison.

Ethan estime que "les agresseurs lui ont reproché d'être sorti avec une fille d'origine tchétchène"

Ethan affirme que "deux Tchétchènes sont arrivés, lui ont serré la main et lui ont demandé de venir". Il poursuit: "Ils m'ont dit qu'ils étaient au courant que je parlais à une fille tchétchène, ils m'ont demandé de montrer mon téléphone et ils ont trouvé les messages". Le jeune homme raconte avoir été tabassé pendant une heure au pied de la Citadelle. "On était dans un endroit où il n'y avait personne et ils m'ont demandé de me mettre à genou et j'ai refusé, c'est à ce moment-là qu'ils m'ont tous sauté dessus et frappé", ajoute-t-il. Selon lui, les individus lui ont reproché d'avoir eu une liaison avec une fille de leur communauté.

Pour le Père d'Ethan, Patrick, "ils ont voulu faire un exemple pour dire que les Belges et les non-Belges n'ont pas le droit de sortir avec des filles tchétchènes et ils lui ont textuellement dit, tu seras un exemple pour les autres, c'est de la violence gratuite".

Le papa précise qu'il souhaite organiser une manifestation dans les jours à venir à Namur, pour dénoncer les violences qui seraient de plus en plus fréquentes dans la ville.


 




 

Vos commentaires