En ce moment
 
 

Une boule de glace coûte désormais le même prix qu'un litre de Diesel: "Tout se répercute de plus en plus"

 
 

La boule de glace atteint désormais le même prix que le litre de Diesel. De plus en plus de glaciers ambulants sont contraints d’augmenter leurs prix, parfois jusqu’à 30%. La hausse des matières premières et de l’énergie leur coûte cher. La seule façon de maintenir leur activité, c’est de répercuter ces augmentations sur leurs clients.

Sur la route, en tournée, Luca n’a pas eu le choix. Ce glacier ambulant a augmenté le prix de ses produits. De 1,50 euros, la boule passe à 2 euros. Une hausse de plus de 30% mais heureusement, il peut compter sur la compréhension de ses clients. "Quand c’est bon, il n’y a pas de problème, donc ça va. C’est vrai que c’est embêtant mais tant que la qualité est là, c’est le principal je pense", glisse un client. "La vie devient beaucoup plus cher mais bon, quand on n’a pas le choix, il n’y a pas le choix. C’est vrai que si on pouvait rediminuer le prix, ça serait génial", dit un autre. "Une fois de temps en temps, ça ne fait pas de tort", poursuit un troisième.

Grab_20220416_133552_1000
© RTL INFO

Son secteur est l’un des plus impactés par la hausse des prix du carburant. Un comble alors que la saison vient à peine de démarrer. "On faisait plus ou moins un plein par semaine, on était à 120 euros. Et ici, on est sur 160 à 170 euros le plein", constate Luca Rulli, glacier artisanal ambulant. D’autant qu’il possède 4 camionnettes de ce type. L’augmentation est estimée à 800 euros par mois. Mais pour garder sa clientèle, impossible de diminuer son parcours ou le nombre des sorties. "Tout a augmenté, les livraisons ont augmenté… C’est l’ensemble. Tout se répercute de plus en plus. Nous, on réduit nos marges de plus en plus aussi", poursuit le glacier ambulant.

Les matières premières en augmentation

Vanille, pistache, banane… Dans son atelier, Luca confectionne ses glaces de manière artisanale. Mais ici aussi, les prix de la matière première ne cessent de grimper. "Le lait, en 2020, il était à 0,54 euros au litre et il vient de passer à 0,96 euros au litre. On a aussi la crème 35% qui vient d’augmenter aussi. Je ne sais pas exactement le prix mais elle vient d’augmenter beaucoup. Et le sucre également, très grosse augmentation…", détaille-t-il.

A 25 ans, ce jeune indépendant passionné continue de se battre et compte sur un été ensoleillé pour écouler un maximum de glaces. Sans quoi, il devra stopper son activité…


© RTL INFO
 


 

Vos commentaires