En ce moment
 
 

Vague de vols rarement vus à Bièvre: les autorités appellent au calme pour éviter certaines dérives

  • Vague de cambriolages à Bièvre; la police appelle au calme

  • Vague de cambriolages à Bièvre; les habitants veulent s''organiser

 

A Bièvre, la commune et d'autres avoisinantes sont touchées par une vague de cambriolages depuis trois mois. Les riverains sont agacés, au point que sur Facebook, certains évoquent la possibilité de régler la situation eux-mêmes. Les autorités communales et la police appellent au calme.

Bièvres (province de Namur) comme d'autres communes de la région connaît actuellement une importante vague de cambriolages. Sur les réseaux sociaux, des citoyens se mobilisent et échangent des informations. Un comportement qui génère certaines dérives.

"On demande vraiment aux citoyens de communiquer toute information susceptible d'aboutir au niveau des enquêtes, mais toute chose suspecte doit être signalée, mais en priorité à la police, pas sur un réseau social comme Facebook. Ce n'est pas intéressant", explique Michael Modav, le bourgmestre de Bièvre.

Des commentaires virulents suggèrent l'usage de la méthode forte comme l'organisation de patrouilles par les habitants. Une surenchère que la police souhaite éviter.

"Téléphoner c'est important, téléphoner au 101. Il n'y a pas d'appel de trop. Et du 101, on a une trace des comportements suspects. On ne peut pas promettre qu'on viendra à chaque fois qu'il y un comportement suspect. Mais en tout cas, cette information n'est pas perdue. Une information jetée dans les médias sociaux sans structure peut être perdue", précise Edwin Dassonville, le chef de corps de la zone de police "Houille-Semois". 

A Bièvres, 19 vols dans des habitations ont été recensés ces trois derniers mois. Six fois plus que l'an dernier à la même période. Les communes voisines comme Bertrix ou Paliseul connaissent le même phénomène. "Normalement, c'est une région qui est statistiquement relativement épargnée. Alors, c'est vrai que certaines bandes itinérantes vont privilégier les accès autoroutiers. En tout cas, à être à proximité des accès autoroutiers. Ici, il y a moins de réseaux, c'est pour ça qu'on est un peu surpris par la vague de vols", indique Edwin Dassonville.

Début février, commune et police organisent une réunion publique afin d'informer la population. La création d'un partenariat local de prévention encadrant le rôle des citoyens sera proposé.

Vos commentaires