En ce moment
 
 

Etudiant révolté contre les TEC: "Monsieur le ministre, il est temps de prendre des mesures drastiques"

La grève sauvage des chauffeurs du TEC Liège-Verviers a provoqué un déferlement de réactions négatives, une expression massive de ras-le-bol et de colère de la part de la population. Alex, lui, nous a adressé, via notre page Facebook, une lettre ouverte au ministre wallon de la Mobilité Philippe Henry. 

Le message d'Alex: "Des dizaines de milliers de jeunes, pour qui, le bus est bien souvent le seul moyen de transport" 

"Lettre ouverte à Philippe Henry

Monsieur le Ministre, force nous est de constater que la situation vous échappe quelque peu... En effet,si vous ne l'aviez pas remarqué, les usagers du TEC Liège-Verviers sont une fois de plus pris en otage par les employés de ce simulacre de service public dont la régularité et la qualité du service sont plus que déplorables.

Bien que le droit d'association soit un droit garanti par la constitution, le droit de grève n'en est pas un. A l'époque de la possible rédaction d'un article 24 bis, certains voulaient ériger le droit de grève en droit social fondamental - et bien qu'aujourd'hui ce droit soit reconnu dans la Charte sociale du Conseil de l'Europe - les syndicats déja à l'époque craignaient une telle législation savez-vous pourquoi ? Le fait d'inscrire ce droit dans la Constitution lui donnerait des limites légales, des limites quant à son libre-exercice.

Voyez-vous où je veux en venir ? Il serait plus que temps d'instaurer des limites, de calmer, voire même de sanctionner cet abus du droit de grève qui nous amène aujourd'hui à cette situation désastreuse où une Province entière risque de se retrouver paralysée, par l'augmentation substantielle du trafic routier et autoroutier - Qui au passage pourrait provoquer des pics de pollution, ce qui ne fait pas les affaires de l'image écologique des transports en commun que l'on voudrait nous vendre.

Ne négligeons pas non plus la période de l'année dans laquelle nous nous trouvons, les élèves du secondaire préparent et passeront incessement sous peu leurs examens, les étudiants récoltent les derniers tuyaux de la part de leurs professeurs et s'entassent par centaines dans les bibliothèques et les cafétérias des différents pôles d'enseignement que compte notre Province, Monsieur le Ministre, nous parlons là de plusieurs dizaines de milliers de jeunes, pour qui, le bus est bien souvent le seul et unique moyen de transport.

Mais plus encore, quel signal envoyons nous à de potentiels investisseurs étrangers ? Celui d'une région faible, à la merci de ses employés. Ces grèves à répétitions pour des " vols de boites à tartines " - Comme plaisantait, non sans une certaine justesse, le blog satirique " l'ancienne gazette " nous font passer pour une région d'ultra réactionnaires, débrayant au moindre désaccord et refusant toute forme de négociation si elle n'est pas concluante endéans les 3 premières minutes. Vous parlez d'une image de partenaire économique fiable...

Il est plus que temps, de prendre des mesures drastiques, afin de lutter contre ce lobbyisme syndical qui paralyse la Wallonie et l'étouffe à petit feu !

A quoi bon se prétendre service public si l'on ne sert pas le peuple ?

A quoi bon défendre ses droits si l'on oublie ses devoirs ?"

Vos commentaires