En ce moment
 
 

"Et c'est reparti, merci Tibi": des riverains d'Aiseau-Presles n'en peuvent plus du "tapage nocturne" du nouvel incinérateur de déchets

Le bourgmestre se veut rassurant: la pollution sonore actuellement constatée est due à une phase de test sur le nouveau four en construction. Il y manque un "silencieux" qui devrait être installé prochainement.

"A en devenir fou", se plaint Fabian. "Nouveau tapage nocturne chez Tibi", affirme Marie-Paule. "On va bien dormir", ironise Cindy: certains riverains de l'est de Charleroi clament haut et fort leur mécontentement par rapport à Tibi, l'intercommunale de gestion de déchets dans la région de Charleroi.

Ou plus précisément, par rapport à l'activité nocturne de l'incinérateur de Tibi situé à Pont-de-Loup, une section de la commune d'Aiseau-Presles située le long de la Sambre, non loin de Farciennes, Châtelet ou Châtelineau.

Plusieurs citoyens se disent incommodés par le bruit. Ils nous l'ont fait savoir via le bouton orange Alertez-nous, mais également sur la page Facebook 'Les Habitants d'Aiseau-Presles'. "Et c'est reparti, merci Tibi", a écrit Salvatore la nuit de mardi à mercredi, joignant une vidéo où l'on ne voit rien (il est minuit) mais sur laquelle on entend clairement un bruit d'activité industrielle lourde. Christopher a joint quelques photos, où l'on discerne effectivement les cheminées de l'incinérateur en pleine activité. Sur cette page, plusieurs liens vers des pétitions circulent, demandant l'arrêt de l'activité nocturne de Tibi.

aiseau
Copie d'écran Facebook

Une "phase de test"

Nous avons contacté le bourgmestre d'Aiseau-Presles pour en savoir. Jean Fersini (PS), reconduit l'automne dernier à la tête de cette commune du Grand Charleroi, est bien au courant du problème. Qui a une explication assez simple: un nouveau four est bientôt opérationnel, et des tests sont actuellement effectués.

"Il y a une soupape de sécurité sur le nouveau four, et elle fait beaucoup de bruit, effectivement", reconnait le maïeur, qui s'était ouvertement opposé à la réhabilitation du site. "Cet incinérateur, en 1976, n'aurait jamais dû être construit à cet endroit, en pleine vallée et à 100 mètres des habitations. Quand le four est arrivé en fin de vie, c'était l'occasion de délocaliser les infrastructures, mais la Région wallonne ne partageait pas notre avis".

Un silencieux bientôt installé

Il y a des bonnes nouvelles, heureusement. Les infrastructures de Tibi vont retrouver leur niveau de pollution sonore ("ou même faire moins de bruit") d'avant la phase de test. "L'activité nocturne de l'incinérateur va perdurer, on ne peut pas arrêter un four comme ça, il tourne en continu, mais il y a des filtres, des précautions qui sont prises, etc", poursuit l'élu socialiste.

Et surtout, "très prochainement, un silencieux va être installé pour que cette nouvelle soupape fasse moins de bruit".

Les nuisances sonores évoquées par les riverains sur Facebook et via le bouton orange Alertez-nous sont donc sur le point de disparaître. D'autant plus vite que "Tibi, avec qui nous sommes en contact régulier, a demandé au constructeur d'arrêter la phase de test tant que le silencieux n'est pas installé".

Jean Fersini précise que "mardi prochain, le 28 mai, il y a justement une nouvelle réunion du comité d'accompagnement, qui inclut des responsables de Tibi, la commune et les riverains". Nul doute que la question du bruit sera remise sur la table.

Vos commentaires