En ce moment
 
 

"Je pense à ma maman de 77 ans qui adore son smartphone", Miguel dénonce le risque des arnaques par SMS pour les personnes âgées

(c)Belga
 
 

Le phishing est une pratique frauduleuse qui remonte au balbutiement d'internet. En 2020, La police fédérale a comptabilisé pas moins de 7.502 victimes de cette escroquerie en ligne. Un nombre en augmentation car les arnaqueurs améliorent constamment leurs méthodes. Afin de lutter contre eux, le gouvernement a créé un site internet et une application qui informent des dernières techniques d'arnaques.

Le phishing, ou hameçonnage en français, est une forme d'escroquerie sur internet. Un fraudeur se fait passer par mail ou sms pour un organisme connu, comme par exemple une banque, dans le but d'extorquer de l'argent à sa victime. Il y a quelques années, ce phénomène se limitait à la réception de mails malintentionnés mais aujourd'hui cela va plus loin. C'est ce qu'a constaté Miguel qui nous a contactés via le bouton orange Alertez-nous. "J'ai reçu deux sms suspects en très peu de temps", dit-il. "L'un concernait une soi-disant prime covid et l'autre un problème avec l'application "Itsme"."

Tout en restant méfiant, Miguel a ouvert un des liens et est tombé sur une page dédiée aux banques.

sms1

banque2

"Je n'ai évidemment pas été plus loin car on m'aurait certainement demandé toutes mes informations bancaires", dit-il.

Si Miguel nous a contactés, c'est surtout pour avertir et mettre en garde. "Il me semble que ça arrive de plus en plus", remarque l'homme de 53 ans. "Personnellement, je suis vigilant mais je pense par exemple à ma chère maman qui a 77 ans. Elle adore son smartphone et pourrait cliquer sur ce genre de lien en pensant bien faire. Beaucoup de gens risquent de se faire avoir."

Ce qui a surtout surpris Miguel, c'est que les numéros de gsm qui envoient les messages ont l'air normal pour la Belgique. "Ça rend le message plus crédible", soupire-t-il.

Mais comment est-ce que les arnaqueurs réussissent à obtenir les numéros des gens? "Ce sont des données qui ont été volées en ligne, par exemple sur Facebook", explique Katrien Eggers, porte-parole du Centre pour la Cybersécurité Belgique. "Une autre possibilité, c'est qu'ils prennent juste le bottin téléphonique et qu'ils utilisent tous les numéros." Si vous êtes contactés, ce n'est donc pas forcément de votre faute. "Et une fois que votre numéro circule, il est repris par plusieurs arnaqueurs", indique Katrien Eggers.

Comment reconnaître ces messages d'arnaque?

Il n'existe pas de solution miracle pour se prévenir de ce genre d'arnaque, il faut tout simplement être vigilant. "S'il y a un lien dans ces messages, il faut toujours regarder vers où il mène", explique la porte-parole. "Souvent, ça sera vers un site qui ressemble à un site officiel et où on va tenter de voler vos données ou installer des virus sur votre appareil." Plus globalement, il faut se méfier dès qu'on reçoit un sms soi-disant officiel. Car très peu d'institutions utilisent ce canal pour communiquer des liens. "Théoriquement elles peuvent le faire mais généralement elles évitent. Mais de toute façon, on ne vous demandera jamais vos données."

Dans le cas du sms qu'a reçu Miguel concernant un "itsme", c'est encore plus simple. ""Itsme" ne va absolument jamais vous contacter par sms", indique Katrien Eggers de Safe on Web.

 itsme

Que faire si on a identifié un sms frauduleux?

La première chose à faire si vous recevez ce genre de sms, c'est de directement bloquer le numéro. Ensuite, vous pouvez envoyer par mail une photo du message à l'adresse suspect@safeonweb.be. "Nous faisons bloquer les liens en question", affirme Katrien Eggers. Pour retrouver les auteurs, c'est par contre beaucoup plus compliqué. Ils changent en effet de numéros plusieurs fois par jour selon la porte-parole de Safe on Web.

Une nouvelle application pour déjouer les tentatives de phishing

Pour faire face à la multiplication des tentatives de fraude en ligne, le Centre pour la cybersécurité en Belgique (CCB), la fédération du secteur financier Febelfin et la Cyber Security Coalition ont lancé ce mardi le site internet safeonweb.be. Il rassemble les informations relatives au phishing et avertit en cas de cybermenace ou si de nouvelles formes d'escroquerie en ligne apparaissent. Elle est entièrement gratuite et disponible sur iOS ou Android.


 




 

Vos commentaires