En ce moment
 

"TP en panne": le RAP d'un prof de néerlandais pour aider ses élèves à apprendre leur conjugaison (vidéo)

Thierry est professeur de néerlandais dans deux écoles bruxelloises, à Uccle et à Koekelberg. Dans la plupart des cas, il se retrouve face à des élèves de 12 à 13 ans. "Ils sont gentils, écoutent et font leurs efforts, mais je remarque quand-même une différence énorme avec mon époque: qu'est-ce qu'ils ont du mal à se concentrer", explique ce professeur de 53 ans via notre bouton orange Alertez-nous.

"Les jeunes à l'heure actuelle ont des informations qui leur viennent de partout. Télé, tablette, ordinateur, smartphone, réseaux sociaux, etc... Et j'ai l'impression que, du coup, ils ont énormément de difficultés pour apprendre, surtout quand il faut connaître des choses par coeur. Je suis donc constamment à la recherche de moyens mnémotechniques pour les aider", confie-t-il.


Connaître leurs TP aussi bien que les paroles de leurs chansons préférées ?

Un soir après les cours, alors qu'il corrigeait des copies, Thierry a tout d'un coup eu une idée, un peu par hasard comme il l'admet lui-même. "Les élèves me montrent souvent des petites vidéos et la plupart d'entre eux écoutent du rap. En les voyant, je me suis fait la réflexion qu'ils connaissaient drôlement bien les paroles de ces chansons, et que ce serait fabuleux s'il pouvait en être de même avec les TP (temps primitifs) en néerlandais. C'est comme ça que, un soir en corrigeant des interros, j'ai eu l'idée de faire cette petite vidéo".

Dans ce petit clip, le professeur répète plusieurs fois des verbes conjugués en néerlandais. Une façon de faire entrer ça dans la tête de ses élèves qui ont du mal à retenir de longues listes de TP. "Je suis ravi parce que les avis sont globalement très positifs, et certains élèves retiennent déjà bien le refrain. C'est l'objectif finalement, de les aider à apprendre, à étudier. Pour ça, le métier d'enseignant est un métier formidable: transmettre un savoir et réfléchir, trouver des solutions pour transmettre au mieux ce savoir à une autre génération", conclut- il.


Vos commentaires