En ce moment
 

ATTENDRISSANT: Adam, petit Bruxellois de 4 ans, aime chanter du Brel dans la voiture (vidéo)

ATTENDRISSANT: Adam, petit Bruxellois de 4 ans, aime chanter du Brel dans la voiture (vidéo)

Jacques Brel, considéré par beaucoup comme l'un des plus grands chanteurs francophones de tous les temps, est mort d'un cancer, il y aura quarante ans au mois d'octobre prochain. Mais cet artiste exceptionnel continue à vivre au travers de ses chansons, parfois de manière surprenante, inattendue et touchante. Régulièrement, installé dans son siège à l'arrière de la voiture, Adam, un petit Bruxellois de quatre ans, le réclame. "Mets-moi du Jacques Brel, mets-moi du Jacques Brel", demande-t-il à son papa. "Je suis très éclectique, j'écoute de tout", raconte l'habitant de Jette. Mais son garçon, ce qu'il aime, c'est Brel, né il y a bien longtemps, en 1929, à Schaerbeek, pas loin de chez lui finalement.

"J'ai découvert ce chanteur très tard, nous confie son papa, éducateur spécialisé, je voyais souvent à la télévision cet homme en noir et blanc, plein de sueurs, chanter avec ses tripes". Il trouvait ça "vieillot" tout en estimant qu'il devrait prendre la peine d'écouter. Ce qu'il a fait: "Un coup de foudre", résume l'homme. Qu'aime-t-il chez le grand Jacques? "Le texte, sa manière de s'en imprégner, de chanter."

Son fils n'aura pas attendu aussi longtemps comme le prouve la vidéo ci-dessous via le bouton orange Alertez-nous.
Lorsqu'Adam lui demande de mettre du Brel, le DJ paternel assis devant choisit souvent l'air préféré du gamin, "La chanson des vieux amants", co-composée avec le pianiste Gérard Jouannest en 1967. On y écoute l'amour d'amants qui a survécu au temps, de ces amants à qui il "fallut bien du talent pour être vieux sans être adultes" (lire l'intégralité des paroles), de ces amants dont ce petit bout de quatre ans aime à répéter, dans les bouchons du matin, le magnifique cri d'amour: "Mon amour, mon doux mon tendre mon merveilleux amour, de l'aube claire jusqu'à la fin du jour, je t'aime encore, tu sais, je t'aime". Des mots sans nul doute aussi partagés l'un pour l'autre entre un père et son fils dans une automobile de la capitale, "c'était au temps, où Bruxelles chantait".

https://www.youtube.com/watch?v=nKp2tOlkbkM
Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.
Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.
Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires