Caroline, une habitante de Lontzen, "DÉGOUTÉE" par la faillite de la compagnie aérienne Germania: "J'ai perdu 932€"

Caroline, une habitante de Lontzen,
compagnie aérienne, germania

Comme beaucoup de gens habitant la frontière belgo-allemande, notre témoin prend l'avion plutôt à Düsseldorf qu'à Bruxelles ou Charleroi. Possédant un appartement à Alanya en Turquie, elle avait réservé trois billets pour l'été prochain. Elle a appris qu'ils étaient définitivement perdus...

La compagnie aérienne allemande Germania a déposé le bilan et annoncé mardi sur son site internet l'annulation de tous les vols qu'elle prévoyait.

Cette compagnie à bas coûts, avec 37 appareils dans sa flotte, desservait principalement depuis l'Allemagne des destinations touristiques autour de la Méditerranée et au Moyen-Orient.

Pour Caroline (prénom d'emprunt car elle veut garder l'anonymat), qui a contacté la rédaction de RTL info via le bouton orange Alertez-nous, c'est une petite catastrophe. "J'ai perdu 932 euros", nous a-t-elle affirmé.

Cette habitante de Lontzen (communauté germanophone) dispose en effet d'un appartement à Alanya, en Turquie. Elle avait l'habitude, comme d'autres Belges habitant la région, de prendre l'avion à Dusseldorf. "C'est situé à 1h de route en voiture, c'est très pratique".

Les seuls à opérer ce vol…

Depuis "trois ans environ", elle profit de la liaison Dusselford-Alanya. "J'ai déjà été plusieurs fois avec Germania, j'ai toujours été très contente. Surtout: ce sont les seuls à effectuer ce vol, car la plupart des compagnies turques volent vers l'Europe depuis Antalya, et il y a donc une navette de trois heures ou une escale".

Caroline a donc perdu de l'argent, mais aussi le moyen le plus rapide ("3 heures de vol seulement") pour profiter de son appartement au soleil, ce qu'elle fait "uniquement en été".

Notre témoin s'est renseigné sur des sites allemands: "Il paraît qu'il n’y a aucune réponse quand on les contacte, qu'il y a beaucoup de créanciers et que les voyageurs ne sont jamais les premiers à être remboursés…" Caroline va tout de même essayer de récupérer son argent, mais "n'a pas beaucoup d'espoir".

Elle est donc contrainte de recommander des billets. "J'ai déjà regardé, ça va me coûter entre 980 et 1550 euros pour avoir trois nouvelles places. Et il y aura des escales, ou des navettes en bus de plusieurs heures".

Bref, elle est vraiment dégoûtée…

Certains voyageurs seront remboursés

Germania a dit ne pas avoir pu réunir les financements nécessaires pour "couvrir un besoin à court terme en liquidités". "Notre seule possibilité était de nous déclarer insolvables. C'est bien sûr l'incidence qu'aura cette décision sur nos salariés que nous regrettons le plus", a écrit le directeur général Karsten Balke.

Il a également présenté ses excuses aux passagers qui avaient acheté un billet. Ceux qui l'avaient acheté auprès d'un autre voyagiste, au sein d'une formule comprenant vol et hébergement, "peuvent contacter leur tour-opérateur afin d'organiser un autre transport", a expliqué Germania. "Pour les passagers qui ont réservé directement avec Germania, il n'y a malheureusement pas de droit à un transport de substitution".

D'où vient cette situation financière si précaire ?"Des événements imprévisibles tels que des hausses considérables du prix du kérosène l'été dernier avec affaiblissement simultané de l'euro face au dollar, des retards importants dans l'intégration d'appareils au sein de la flotte et un nombre inhabituellement élevé d'opérations de maintenance nécessitées par les appareils de la compagnie ont été de lourds fardeaux pour l'entreprise", a invoqué Germania.

Vos commentaires