En ce moment
 
 

Cathie veut une prolongation d'un an pour son permis de conduire provisoire: les auto-écoles et les centres sont-ils vraiment débordés ?

Cathie veut une prolongation d'un an pour son permis de conduire provisoire: les auto-écoles et les centres sont-ils vraiment débordés ?
 
CORONAVIRUS
 

A cause du coronavirus, les auto-écoles et les centres d'examen du permis de conduire ont été à l'arrêt durant deux mois. Le retard est parfois dur à résorber. Pour les candidats, le risque d'être hors délais s'ajoute au stress inhérent à un examen pratique. Explications.

Le coronavirus a impacté tous les secteurs d'activités de notre vie quotidienne. Pendant les pires semaines/mois de confinement, tout était à l'arrêt. Puis le redémarrage a été lent. C'est le cas également pour les auto-écoles et les centres de permis de conduire.

Dès lors, certains s'inquiètent de ne pas avoir assez de temps pour réussir leur examen pratique, car le permis provisoire obtenu après la réussite de la partie théorique arrive à expiration prochainement.

C'est le cas de Cathie, qui a contacté la rédaction de RTL info via le bouton orange Alertez-nous. "Les auto-écoles ainsi que les centres d'examen sont débordés suite à la crise sanitaire. Les permis provisoires ont été prolongés jusqu'au 31 Décembre 2020. Mais ce délai n'est pas suffisant du tout! Car si on échoue une fois à l'examen pratique, il n'y a plus de possibilités d'obtenir un rendez-vous", s'exclame-t-elle, nous joignant le lien d'une pétition demandant la prolongation jusqu'en décembre 2021.

Les auto-écoles accumulent les retards "dans toute la Belgique"

Nous avons contacté la FAA, la Fédération des Auto-écoles Agréées. Son vice-président David Barattucci reconnait que la situation est compliquée. "C'est général, dans toute la Belgique. C'est assez simple à comprendre: pendant deux mois, on n'a pas pu donner de cours. On a dû reporter tous ces élèves au mois de mai. Mais évidemment à ce moment-là, de nouveaux élèves se sont rajoutés au flux des candidats déplacés, et donc on doit récupérer le retard".

Et il est plus important que prévu, en réalité. "C'est plus que deux mois, c'est quatre ! Pendant le covid, il y a eu beaucoup plus d'inscriptions en plus qu'habituellement, sans doute parce que les gens avaient le temps d'y réfléchir, de se poser des questions". En résumé: alors que durant deux mois, les cours ont été annulés et reportés, un tas de jeunes (ou leurs parents…) se sont dits que cette période un peu creuse était le moment d'entamer les démarches pour passer son permis de conduire.

Tous les matins, il faut revoir les plannings, c'est très lourd

Pas d'intérim possible

"Hélas, nous, on ne peut pas faire appel à une agence d'intérim pour trouver du personnel supplémentaire. Pour former un instructeur, il faut entre un an et un an et demi: ce sont des gens brevetés et reconnus par le ministère. Il y a toute une procédure. On a lancé une campagne de recrutement, mais ces gens-là n'arriveront sur le marché que dans un an au plus tôt".

Et comme si ça ne suffisait pas, "il y a un autre facteur qui complique les choses: les cas positifs ou suspects, et les quarantaines. Tous les matins, il faut revoir les plannings, c'est très lourd. Parfois ce sont les candidats qui doivent se mettre à l'isolement pendant deux semaines et déplacer leurs cours, parfois ce sont les instructeurs. Sans oublier les instructeurs plus âgés, des personnes à la pension qui donnaient un coup de main quand c'était nécessaire: certains ont décidé de ne pas redémarrer par crainte du coronavirus. Donc globalement on a même des instructeurs en moins, avec plus de travail".

Ce qui explique les retards qui s'accumulent. "Pour suivre des cours d'auto-école, il faut avoir réussi la théorie. Aujourd'hui, on demande donc d'abord aux candidats de s'inscrire à un examen théorique, et en fonction de la date de l'examen, on lui propose un planning".  Le temps d'attente peut atteindre plusieurs mois, comme l'a expliqué notre interlocuteur.

Centres d'examen et auto-écoles: différents mais liés

Rappelons que les auto-écoles et les centres d'examen sont des activités bien distinctes, mais intimement liées. Il faut réussir un examen théorique (dans le centre d'examen) pour obtenir un permis provisoire, qui est nécessaire pour suivre les cours (de l'auto-école).

La validité du permis provisoire varie entre 18 et 36 mois, selon la filière choisie (avec ou sans cours d'auto-école, avec ou sans accompagnateur, avec ou sans test intermédiaire, les détails sont bien résumés sur cette page).

Avant le confinement, il faut s'y prendre au minimum 6 semaines à l'avance

Dans les centres d'examen, ça va...

Direction les centres d'examen en vue de l'obtention du permis de conduire. Il y en a plusieurs en Wallonie, et le groupe Autosécurité fait partie des plus importants, avec une dizaine d'implantations.

"Pour le théorique et le test de perception des risques, ça va, il y a pas mal de disponibilités. Tout simplement parce que depuis notre réouverture, nous avons revu notre organisation. On a fait en sorte d'augmenter notre offre de rendez-vous, d'ouvrir des plages horaires supplémentaires. Tous nos centres n'étaient pas ouverts tous les jours de la semaine pour la théorie, désormais c'est le cas", nous a expliqué Virgnie Li Puma, responsable de la communication du groupe.

Il y a cependant des délais importants au niveau de l'examen pratique, qui s'ajoutent au retard qu'il faut compter pour trouver des cours d'auto-école (qui ne sont pas obligatoires, voir plus haut). "Même avant le confinement, et on le dit toujours, il faut s'y prendre au minimum 6 semaines à l'avance. Pendant l'été, on est passé à 7 ou 8 semaines. On le répète, et on insiste: il ne faut pas attendre la dernière minute (de validité du permis provisoire) pour prendre un rendez-vous pour son examen pratique. Ça ajoute du stress au stress, et ce n'est bon pour personne !"

Conclusions

Les craintes de Cathie, notre témoin, sont plus ou moins fondées. Oui, effectivement, il faut attendre plusieurs semaines avant d'avoir un rendez-vous pour suivre des cours d'auto-école, puis encore quelques semaines pour passer son permis pratique. Donc si le permis provisoire (qui est valable entre 1 an et demi et 3 ans, rappelons-le) arrive à échéance dans trois mois, c'est parfois trop tard.  

Cependant, il convient de nuancer: tout d'abord, les autorités politiques compétentes "sont à l'écoute", estime David Barattucci, de la fédération des auto-écoles. "C'était prolongé jusque fin septembre, et on a reprolongé jusque fin décembre" la validité des permis théoriques expirant durant ces derniers mois. "Donc si le secteur fait part de ses craintes, en donnant des arguments et en demandant de prolonger encore une fois, ça devrait aller".

Ensuite, les retards vont se résorber, et c'est déjà le cas dans les centres d'examens, qui ont augmenté la cadence.

Mais il faut bien le reconnaître: ce n'est jamais agréable de passer un examen, et personne n'a envie d'ajouter la pression d'un timing serré, et surtout la crainte de devoir repasser le théorique si on rate la pratique…

Un seul conseil, confirmé par les centres d'examen: il ne faut pas attendre 2 ans et demi une fois qu'on a obtenu son permis théorique avant de passer l'examen pratique…

 




 

Vos commentaires