En ce moment
 
 

Choc à l'école des Ursulines de Mons: les élèves face à une montagne de déchets dans la cour de récréation !

Choc à l'école des Ursulines de Mons: les élèves face à une montagne de déchets dans la cour de récréation !
 
 

Mardi passé, 10h: les élèves de l'école des Ursulines de Mons sortent dans la cour de récréation et là, le choc. Une montagne de déchets a pris place devant la porte avec une pancarte: "Notre école n'est pas belle". Incivilités ? Non: la nouvelle commission propreté a lancé une campagne de sensibilisation pour lutter contre les déchets qui envahissent l'école. À la fin de la journée, plus rien ne traînait à terre. La pancarte indiquait: "Notre école n'est pas une poubelle". Le message est lancé.

Surprise pour les élèves de l’école des Ursulines de Mons mardi matin. En sortant dans la cour de récréation à 10 h, ils se sont retrouvés face à une montagne de déchets. Le choc! "C’était le but", nous explique Cécile Piette, directrice. "Il fallait interpeller les élèves pour leur faire comprendre que notre école n’est pas une poubelle."

Cette action était programmée. Depuis le début de l’année, une commission propreté a été mise en place au sein de l’école. Les professeurs qui en font partie avaient minutieusement préparé leur coup d’éclat. Ils ont rassemblé tous les déchets devant la façade arrière donnant sur la cour avec une pancarte: "Notre école n’est pas belle". Mission accomplie. Les élèves étaient décontenancés, l’occasion pour les enseignants d’entamer des discussions sur la propreté dans l’établissement pendant les heures qui ont suivi.

"Cette action était peut-être forte, mais ça a lancé le débat. Les années précédentes, nous organisions des campagnes d’affichage, des ramassages, mais ce n’était qu’une mesure ponctuelle." Madame Piette explique également que c’est un problème récurrent dans toutes les écoles. "Pourtant le matériel est en place. Chez nous, il y a 35 poubelles dans la cour. Je vous assure qu’elles ne sont jamais remplies." Même constat à l’intérieur du bâtiment. Il y a des poubelles de tri dans toutes les classes. "Là aussi, il y a plein de déchets à terre. Alors, hier matin, les professeurs ont fait des petites mises en scène devant leurs élèves. Un enseignant entrait dans la classe de son collègue et en partant, il laissait tomber un emballage sur le sol, à côté de la poubelle. Ça a surpris les élèves."

En fin de journée, la cour de récréation était propre. "Même plus que propre", insiste madame Piette. Et la pancarte indiquait: "Notre école n’est pas une poubelle". "Nous voulions renvoyer le miroir de ce que certains font. Et ça a marché, les réactions ont été très positives. Des parents et des élèves ont proposé de rejoindre la commission propreté. En plus, les élèves étaient tellement choqués des déchets dans la cour qu’ils ont proposé de les ramasser eux-mêmes. Évidemment, ce n’était pas à eux de le faire, mais la démarche était belle."

Le ton de l’année scolaire est donné : sensibiliser à la propreté. "Si on ne laisse pas un déchet par terre à la maison, on ne le fait pas non plus à l’école."




 

Vos commentaires