Christelle appelle les autorités à AGIR: des ados ont encore traversé le passage à niveau fermé de Jambes

Christelle appelle les autorités à AGIR: des ados ont encore traversé le passage à niveau fermé de Jambes

Un enfant de 12 ans est mort le 19 mars dernier à la gare de Jambes, après avoir été heurté par un train. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'enfant aurait franchi les voies après le passage d'un train de marchandises et n'aurait pas vu arriver un autre train effectuant la ligne Namur-Dinant. Celui-ci n'a rien pu faire pour l'éviter. Un témoin a indiqué que les barrières du passage à niveau étaient fermées lorsque la victime a traversé, a précisé le parquet de Namur.

J'ai encore été témoin d'adolescents qui traversaient les voies alors que les barrières étaient fermées

Ce dramatique accident a relancé la polémique autour de la dangerosité du passage à niveau près de la gare de Jambes. "A quand un autre mort à la Gare de Jambes ?", s'inquiétait Christelle ce vendredi matin via le bouton orange Alertez-nous. "J'ai encore été témoin d'adolescents qui traversaient les voies alors que les barrières étaient fermées", déplorait-elle.

Elle nous a raconté la scène, mettant en lumière de manière précise le problème: "Le gros souci, c''est que régulièrement, les barrières restent fermées de longues minutes alors qu'aucun train ne passe. Or, lorsque son propre train arrive en quai de l'autre côté, les barrières restent fermées et il est tout simplement impossible de prendre son train. Cela m'est encore arrivé hier et j'ai raté mon train alors que j'étais sur place au moins 5 minutes à l'avance. C'est à ce moment là que deux adolescents ont encore traversé les voies pour avoir leur train alors que les barrières étaient fermées."

Dès lors, la question se pose: "Que fait la SNCB ?", demande Christelle. Ce n'est précisément pas la SNCB mais bien Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire qui est compétent en la matière.


La demande de suppression du passage à niveau par Infrabel remonte à 2012

L'entreprise publique rappelle qu'une première demande de permis a été introduite en 2012 pour supprimer ce passage à niveau. Mais depuis, le projet est en suspens car il dépend d'un autre projet, celui du contournement de Jambes, envisagé par la Ville avec le Service Public de Wallonie. Des réunions de coordination ont déjà eu lieu mais n'ont pas encore abouti. Infrabel invite les autorités locales et régionales à se mobiliser. Il y a urgence. Des scènes comme celle à laquelle a assisté Christelle se reproduisent "très régulièrement", assure-t-elle. "Si rien n'est fait, c'est une évidence qu'il y aura encore des morts", prédit-elle.

Vos commentaires