En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: des ouvriers s'inquiètent de la distanciation sociale, pas toujours possible à respecter selon eux

Coronavirus en Belgique: des ouvriers s'inquiètent de la distanciation sociale, pas toujours possible à respecter selon eux
Belga
CORONAVIRUS

Le coronavirus en Belgique oblige les entreprises à revoir et à adapter leur manière de travailler, notamment par rapport à la distanciation sociale d'1 mètre 50 obligatoire sur le lieu de travail. Cette consigne interpelle dans des secteurs où certains professionnels considèrent qu'elle est difficile à mettre en place.

Nous avons été interpellés à de nombreuses reprises via le bouton orange Alertez-nous par des ouvriers qui travaillent sur des chantiers. "En tant qu'ouvrier, pas de télétravail", remarque Patrick, nous allons sur plusieurs chantiers et dans plusieurs maisons. Est-ce vraiment essentiel durant le confinement ?"

Laurence s'inquiète quant à elle par rapport à la situation de son mari. "Au début, son entreprise donnait des bouteilles d'eau et du savon", indique-t-elle. "Mais depuis lundi, c'est terminé. Mon mari doit se protéger par ses propres moyens". Elle est aussi préoccupée par rapport à la distanciation sociale. "L'entreprise demande aux ouvriers de se rendre sur les chantiers par leur propre moyen, pour éviter les camionnettes remplies. Par contre, comment voulez-vous respecter la distance d'1m50 entre deux travailleurs quand on demande de poser des bordures ? C'est impossible".

> CORONAVIRUS BELGIQUE: découvrez les dernières infos sur le coronavirus en Belgique

"Comme si la situation était normale"

Marc travaille dans le secteur de la peinture en bâtiment. Il affirme n'avoir reçu aucune consigne particulière de la part de son employeur. "C'est comme si la situation était normale", s'indigne-t-il. "Par exemple, moi je suis seul dans mon véhicule mais des collègues se retrouvent encore à plusieurs dans des camionnettes". Concernant la distanciation sociale, le peintre affirme que c'est compliqué. "Il y a des tâches que l'on ne peut pas faire seul. Donc, on se retrouve vite à moins d'1m50 des collègues". Il s'inquiète également en ce qui concerne l'hygiène élémentaire. "Pour se laver les mains par exemple. On se débrouille comme on peut mais sur les chantiers, il n'y a pas toujours de l'eau courante à disposition". Pour lui, les travaux en bâtiments ne sont pas essentiels à l'heure actuelle. Il s'interroge également par rapport aux personnes qui ouvrent la porte de leur habitation. "Les gens sont inquiets mais ils nous permettent quand même de travailler chez eux. Ils ont peur de reporter et de devoir derrière attendre de longs mois".

Si une tâche ne peut être effectuée sans respecter la distance d’1m50, elle ne doit pas être réalisée

Nous avons contacté un des plus grands employeurs privés de Wallonie. Le groupe Wanty emploie 845 ouvriers. Il se dit très attentif aux consignes du Conseil National de Sécurité. "Dès le début de la crise sanitaire, le groupe Wanty s’est totalement conformé aux réglementations mises en place par le SPF", nous a-t-on répondu. 

Quand cela est possible, le personnel doit télétravailler. "Pour le personnel de chantier, des mesures ont également été mises en place, comme la limitation du nombre de travailleurs dans les camionnettes de chantier. Il a également été demandé au personnel de repenser sa façon de travailler afin de respecter, dans tous les cas, une stricte distanciation sociale. Le personnel qui ne parvient pas à adapter son travail doit prévenir son supérieur. Si une tâche ne peut être effectuée sans respecter la distance d’1m50, elle ne doit pas être réalisée. Notre magasin met également à disposition du personnel du savon et de l’eau afin de pouvoir se laver les mains au maximum".

Une fermeture de l'entreprise n'est pas à l'ordre du jour actuellement mais des réflexions sont en cours. "Vu la situation exceptionnelle que nous connaissons, une demande a été introduite auprès de l’ONEM afin d’éventuellement mettre en chômage, pour raison économique ou de force majeure, du personnel."

Pour rappel, les consignes du Conseil National de Sécurité sont claires. Si le télétravail est possible, il est obligatoire. Si pas, les entreprises doivent prendre des mesures pour garantir l’application des règles de distanciation sociale, en particulier le maintien d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne. Cette règle est également d’application pour les transports organisés par l’employeur. Si ces consignes ne peuvent être respectées, les entreprises doivent fermer.

> CORONA BELGIQUE: consultez les dernières infos liées au coronavirus en Belgique

 

Vos commentaires