En ce moment
 
 

Coronavirus: les magasins de cigarettes électroniques fermés, mais le Click & Collect est autorisé

Magasins de cigarettes électroniques fermés:
 
CORONAVIRUS
 

Les anciens fumeurs qui sont passés à la cigarette électronique risquent de se remettre au tabac s'ils ne peuvent s'approvisionner en e-liquide. Les boutiques qui vendent ce type de produit sont fermées mais un système de réservation est désormais autorisé.

Lors du premier confinement, nous avions reçu de nombreux messages de vapoteurs révoltés de ne pouvoir acheter leurs produits de cigarette électronique car les magasins spécialisés avaient été contraints de fermer. Ceux qui n'avaient pas pensé à faire des provisions se retrouvaient sans solution. Les choses ont évolué depuis lors. Néanmoins l'information n'est pas forcément passée auprès de certaines boutiques ou de consommateurs comme Salomé. Cette jeune femme de Beersel s'inquiète de la fermeture des magasins spécialisés : "Je fais comment pour m’acheter mes produits ?", interroge-t-elle via le bouton orange Alertez-nous.

Les associations de vapoteurs ont obtenu gain de cause en France, pas en Belgique

En France, les magasins de vap sont ouverts. Ils ont obtenu une dérogation en faisant valoir auprès des autorités que leur fermeture allait pousser les vapoteurs à se tourner vers la cigarette. En Belgique, d'après l’arrêté ministériel du 28/10/2020 modifié le 01/11/2020, ces magasins sont, comme lors du premier confinement, tenus de rester fermés parce qu'ils ne sont pas considérés comme des entreprises commercialisant des biens essentiels.

"Il faudrait que le gouvernement fasse comme en France", estime Patrick, cofondateur de l'Union Belge pour la Vape (UBV-BDB), et employé dans un magasin spécialisé en province de Liège. "Faut croire que le gouvernement aime bien que les gens recommencent à fumer'", ironise-t-il. "Les bureaux de tabac sont ouverts, pourquoi pas nous ? C'est aussi de la nicotine, avec moins de produits chimiques", argue le patron d'E-smoker, boutique de cigarettes électronique à Bruxelles.

La vente à distance de matériel de vapotage est interdite

En période de confinement, si les services de livraisons garantissent la possibilité d'acheter de nombreux produits en ligne, ce n'est pas le cas pour la cigarette électronique et ses produits associés. L'arrêté royal du 28 octobre 2016 interdit en effet la vente en ligne de cigarettes électroniques et des flacons de recharge avec nicotine. "La Belgique interdit la vente en ligne de e-cigarettes et leur importation par des webshops étrangers. Les vendeurs belges ne peuvent plus commercialiser de cigarettes électroniques ni leur recharge sur internet. Tant en Belgique qu’à l’étranger", précise le centre européen des consommateurs sur son site internet.

Impossible donc pour les consommateurs belges de se tourner vers des boutiques en ligne pour se fournir en e-liquide, comme l'a d'ailleurs constaté Salomé. "Dois-je recommencer à fumer la cigarette normale ?", interroge la jeune femme.

Un système de réservation sous certaines conditions

Depuis le 2 novembre et le début de ce quasi confinement, certains magasins ont organisé un système de click & collect. "On le fait de manière très réduite, trois jours par semaine", raconte Fred, vendeur chez Vap House (Woluwe-Saint-Lambert).

Des magasins semblent avoir organisé ce service sans bien savoir s'ils y étaient autorisés. Le 6 novembre, Diego Mersch, de Vapemap, distributeur de produits de e-cigarette en Europe, a appris par un communiqué du service inspection du SPF Santé qu'un système de réservation était désormais autorisé pour ce secteur, sous des conditions strictes. Paul Van den Meerssche, chef du service de contrôle Tabac et Alcool, nous a confirmé cette information. Nous reproduisons ces conditions partiellement ci-dessous :

- Les produits peuvent être réservés par téléphone ou via le site internet ;
- Le paiement n'est PAS effectué en ligne et les produits ne sont PAS expédiés ;
- Un rendez-vous est pris pour récupérer les marchandises réservées ;
- Les produits sont récupérés par le client et payés au point de vente. Le client ne rentre pas dans le magasin. La vente (paiement et remise de la marchandise) se fait à l'extérieur.

"C'est enfin une solution pour que les magasins puissent continuer à travailler", se réjouit Diego Mersch. Même si celle-ci arrive bien tard à ses yeux : "On avait déjà expliqué au mois de mars qu'à aucun moment il n'y a de vente en ligne puisque le paiement se fait devant le magasin. Mais ils avaient un peu du mal à assimiler ça..."

"C'est pour sauver les meubles"

Cette nouvelle possibilité ne satisfait pas pour autant tous les gérants de ces boutiques. "Certains magasins sont tout à fait fermés. D'autres font ça pour dépanner leurs clients", constate Patrick, dont la boutique reste porte close. Pour sa part, le patron de The E-Smoker ne veut pas entendre parler de click & collect ou autre système de réservation : "C'est du rafistolage, c'est pour sauver les meubles", tempête-t-il. Fred, de Vap House, estime que les boutiques de vapotage sont "les laissés-pour-compte, une fois de plus"

 




 

Vos commentaires