En ce moment
 
 

Excédé par les dépôts sauvages dans sa rue à Tournai, Greg frappe un grand coup: "On en a marre!" (vidéo)

Greg et ses voisins en ont assez de retrouver des canettes, des poubelles et des électroménagers abandonnés dans leur rue à Tournai. Notre témoin a frappé un grand coup en inscrivant un message directement sur la route. Son objectif d'atteindre un maximum de personnes semble avoir été atteint, mais il risque bien d'être embêté par les autorités... car son geste est une infraction.

Greg vit dans un coin calme de Tournai. Plus précisément dans la ruelle Desprets. Mais depuis quelques temps, la sérénité qui régnait dans le quartier est constamment troublée par des actes d'incivilité. Greg nous a contactés via le bouton orange Alertez-nous.

"J'en ai marre! On essaie que tout soit nickel dans notre rue et devant nos maisons, mais certains ont un gros souci de propreté", s'insurge notre témoin. "Des gens consomment des canettes et les jettent dans la rue et dans les parterres. Je viens de tailler ma haie et j'ai trouvé 7 cannettes. Il y a peu, mon voisin a découvert une télé abandonnée devant chez lui! Une autre fois c'était un WC. Un riverain avait mis une pancarte devant sa maison, 30 minutes plus tard il y avait 4 canettes écrasées sur son châssis. On découvre même des boites de lait...", confie Greg.

Il y a dix jours, plusieurs poubelles complètes ont été déposées dans la ruelle. Des agents sont venus pour analyser et trier les déchets en question.

Alors notre Tournaisien a décidé de passer à l'action. "J'ai pris la décision de me faire entendre en écrivant à même le sol notre ras le bol", lance Greg.

Voici le résultat:



Le message est clair. D'après Greg, il est partagé par d'autres habitants de la ruelle. "Mes voisins ont le même avis. D'ailleurs il y a des gens qui passent ici en voiture qui ralentissent et qui viennent même nous féliciter", affirme-t-il.

Rapidement, l'image montrant le message de Greg a fait le tour des réseaux sociaux.


Des agents envoyés dans la ruelle

Nous avons contacté la Ville de Tournai pour comprendre ce qui se passait dans cette fameuse ruelle. "Nous n'avons pas de statistiques concernant des plaintes reçues pour la ruelle Desprets, mais des agents constatateurs ont effectivement été envoyés sur place récemment pour des poubelles déposées en rue", nous indique Joseph Godet, porte-parole de la Ville.


D'abord la prévention…

Le phénomène des dépôts sauvages est bien connu, tout comme les petits déchets laissés en rue. "Mais ce n'est pas qu'à Tournai, ça arrive dans de nombreuses villes. Parfois c'est plus fréquent dans des endroits plus calmes ou cachés", confie Joseph Godet. "Il y a tout un volet prévention pour lutter contre ces comportements. Avec certains services de la Ville on sensibilise la population, la région wallonne fait aussi des campagnes… mais ce n'est pas facile".

Au niveau prévention, un projet pilote a par exemple été lancé dans une vingtaine de communes wallonnes par l'association Wallonie plus propre (Be Wapp). Le but: les riverains reçoivent 5 centimes par canettes jetées dans la nature qu'ils ramènent. L'argent peut ensuite être dépensé dans les commerces locaux. "En mars 2019, on relevait que 325.750 canettes avaient d’ores et déjà été rapportées, ce qui représente l’équivalent de 5,340 tonnes de canettes ramassées", signale le ministre Carlo Di Antonio.


Des dizaines de contrevenants sanctionnés à Tournai

Et lorsque la prévention ne marche pas, il y a la répression. "En 2017, il y a eu 34 procès-verbaux dressés pour des actes de délinquance environnementale. En 2018, il y a eu 40 P-V", précise le porte-parole de la Ville de Tournai.

L'interdiction de jeter ses déchets et des dépôts sauvages est reprise dans un décret régional. La sanction prévue pour ce type de comportement est une amende de 2ème catégorie. "Le contrevenant risque de 50 à 100.000 euros. Evidemment, une amende très élevée est extrêmement rare. Mais cela dépend surtout de la gravité des faits et s'il y a récidive ou non", ajoute Joseph Godet.

Dans les cas les moins graves, c'est une équipe d'agents constatateurs indépendants qui se rend sur le terrain pour dresser un procès-verbal des faits. Si une personne est prise en flagrant délit, ou si elle peut être identifiée à partir de l'analyse des déchets, l'agent sanctionnateur peut dresser une amende administrative sur base du rapport qu'il reçoit.
Dans les cas les plus graves, c'est à la police de se rendre sur place pour faire un rapport. Le parquet peut alors se saisir du dossier.


Près de 500 tonnes de déchets ramassés en 3 jours en Wallonie

Les mesures prises contre les dépôts sauvages et les jets de déchets semblent bien nécessaires. A titre d'exemple, un Grand nettoyage de printemps a été organisé sur trois jours à la fin mars. Au total, 499 tonnes de déchets sauvages ont été ramassés par les 162.647 participants à l'action. Les chiffres sont fournis par le ministère wallon de l'Environnement.

"Ce chiffre met en lumière toute la nécessité de continuer à placer la propreté publique et la lutte contre les incivilités au cœur de notre politique environnementale", précisait alors le communiqué du ministre Carlo Di Antonio.


Parmi les déchets ramassés, il y avait 137 tonnes de canettes, bouteilles ou conserves

Les 499 tonnes de déchets collectés représentent 85.954 sacs. 40% de ceux-ci sont composés de PMC. 60% des sacs étaient quant à eux remplis de déchets divers (hors verres, déchets dangereux/spéciaux et encombrants recensés par ailleurs).

137 tonnes de canettes, bouteilles en plastique, berlingots à boisson et de boîtes de conserves métalliques composent la fraction PMC des déchets récoltés. Un tiers des déchets rencontrés appartient donc à ce flux de déchets pourtant collecté sélectivement et efficacement en porte en porte dans toute la Wallonie.


Greg va devoir enlever son message: recevra-t-il une amende?

Mais revenons-en à la ruelle Desprets. Greg espère bien qu'avec son message, les passants cesseront de jeter leurs déchets sur la voie publique et dans les parterres. Cela ne semble cependant pas gagné, car depuis son message, des poubelles ont encore été abandonnées dans la ruelle. "Dans ce cas, je tiens à signaler la réaction très rapides des services de la commune. Ils sont très vite venus analyser le contenu des poubelles pour tenter de retrouver les propriétaires", confie Greg.

Notre témoin risque cependant de devoir retirer le texte de la route. Car écrire sur la voie publique est une infraction au décret voirie. "L'agent sanctionnateur peut imposer une amende allant de 50 à 10.000 euros. Ici aussi, cela dépend de la gravité et de l'état de récidive", explique Joseph Godet. "Mais en général, nous préférons passer la médiation. On discute avec la personne responsable et nous lui demandons d'effacer les inscriptions".

Greg nous assure qu'il est tout à fait disposé à enlever son message. "J'ai peut-être fait fort, mais mon but était de toucher un maximum de personnes, pas d'emmerder mon monde. Je veux juste que mon quartier reste propre. J'accepte évidemment de nettoyer la rue, mais je voudrais que la commune, de son côté, soit plus vigilante face aux incivilités", réagit notre témoin.

Et s'il y avait une amende à la clé, Greg affirme que ses voisins lui ont assuré qu'ils paieraient avec lui.

Vos commentaires