En ce moment
 
 

Ils se mobilisent contre une antenne GSM dans un clocher à Woluwe: "L'église est là pour sauver des âmes pas pour ruiner la santé!"

 
 

Les antennes GSM font souvent peur car on ne connait pas encore vraiment les risques à long terme liés à l’exposition aux ondes. Cette semaine, ce sont les habitants de Woluwe-Saint-Lambert qui sont inquiets. Une antenne pourrait être prochainement installée dans le clocher d’une église, à proximité de deux crèches et de deux écoles.

"Nous sommes plus de 500 personnes à avoir signé une pétition qui combat l'installation d'une antenne-relais GSM dans un clocher d'une église de notre commune de Woluwe-Saint-Lambert", nous a écrit Michel via notre page Alertez-nous. "On n’est pas certain que les ondes GSM ne sont pas nocives, il y a donc toujours un risque. Ce qui nous inquiète le plus, c’est que l’église est proche de deux écoles et de deux crèches" avance-t-il.

"L’église est là pour sauver les âmes, pas pour ruiner la santé"
Mais ce qui choque également les citoyens, c’est que ce soit l’église et en particulier la Fabrique de l’église (Les Fabriques d’église sont des établissements publics qui gèrent les biens destinés au culte catholique, sous la tutelle de l’archevêque et des autorités administratives, comme le bourgmestre d'une commune) qui a accepté qu’une antenne GSM soit placée dans le clocher de l’église de la Sainte-Famille. "Personne n’était au courant, alors que l’église est là pour sauver les âmes, pas pour ruiner la santé", s'indigne Michel qui tient un blog consacré à la commune de Woluwe-Saint-Lambert.

La commune les soutient

Didier et Claire, les initiateurs de la pétition, ont rencontré Olivier Maingain, le bourgmestre de Woluwe-Saint-Lambert, et son échevin de l’Environnement, Grégory Magten, pour leur faire part de leur mécontentement.

Les deux hommes, et le conseil communal dans son ensemble, ont décidé de les soutenir.

Pour qu’une antenne GSM soit placée dans une commune, elle doit obtenir deux permis: le permis d’urbanisme, délivré par la commune et le permis d’environnement délivré par la Région de Bruxelles-Capitale. "Le collège a délivré le permis d’urbanisme parce que rien ne s’y opposait (installée dans un clocher, l'antenne GSM n’aura pas d’impact sur l’esthétique du quartier et ne bloquera pas la visibilité de certains riverains). Par contre, la commune est toujours consultée par la Région de Bruxelles-Capitale et doit rendre un avis concernant le permis d’environnement. L’avis que nous avons rendu était défavorable et nous avons également transmis la pétition des citoyens", nous a dit M. Magten.

"Nous introduirons sûrement un recours"

Malgré l'avis négatif remis par la commune, l'échevin de l'Environnement n’est pas optimiste. La Région de Bruxelles-Capitale tient rarement compte de l’avis de la commune et accorde la plupart du temps le permis d’environnement, nous affirme-t-il.

Le résultat devrait tomber dans le courant du mois de janvier. Mais M. Magten et la commune de Woluwe-Saint-Lambert n’auront pas dit leur dernier mot. "Si la Région de Bruxelles-Capitale délivre le permis d’environnement, nous introduirons sûrement un recours auprès du collège de l’environnement (collège constitué de juristes et de spécialistes de l’environnement, nommés par le gouvernement)", insiste-t-il.

Ce recours a ranimé l'espoir des pétitionnaires. En effet, deux recours du même type ont déjà abouti, empêchant l’installation d’une antenne GSM à l’avenue du Mistral et d’une autre à l’avenue de Woluwe-Saint-Lambert.

2G, 3G, 4G, un casse-tête

Mais concrètement, quelles sont les règles et conditions pour que des antennes GSM puissent être installées en ville ? Dans la Région de Bruxelles-Capitale, où qu'elle se trouve, une personne ne peut être exposée à un rayonnement de plus de 3 Volts par mètre. Les opérateurs de téléphonie, au nombre de 4 en Belgique, doivent se répartir équitablement ces volts, chacun ayant donc droit à 25%. Tous les permis d’environnement ne sont pas délivrés car certaines zones sont déjà exposées au rayonnement maximum toléré. "Mais depuis la 3G et la 4G, Bruxelles Environnement accorde des dérogations car il s’agit d’un ajout de technologie. Il semble que la 4G ne soit pas plus nocive que les autres, l’idéal serait donc de supprimer la 2G, malheureusement on ne peut pas le faire, car tout le monde n’a pas encore de téléphone avec internet et tout ce qui est téléphonie (messages, appels) passe par la 2G", rappelle M. Magten.

A quoi sert une antenne-relais (antenne GSM)?

Les antennes permettent aux utilisateurs d’un GSM de se connecter au réseau pour appeler un autre appareil, envoyer un message ou consulter des données. Pour transporter cette information (images, sons, données) vers les appareils récepteurs, les antennes émettrices génèrent un rayonnement : l’énergie se propage alors sous forme d’ondes.

Actuellement en Région bruxelloise, il y a environ 1.000 sites d’antenne GSM. Bruxelles Environnement a mis en ligne une carte interactive pour que les habitants puissent vérifier si une de ces antennes se situe près de chez eux.

Quelques conseils pour limiter son exposition aux ondes électromagnétiques :

  • éviter de téléphoner trop longtemps (privilégier les SMS) ;
  • utiliser une oreillette filaire (non Bluetooth par exemple) ;
  • éviter de téléphoner dans de mauvaises conditions (2 « briques » de réseau ou moins) ou en se déplaçant ;
  • ne pas coller son oreille au début de la conversation (recherche du numéro et 2 à 3 secondes après que le correspondant ait décroché). En effet, le mobile émet à puissance maximale à cet instant avant d'adapter et réduire sa puissance d'émission.

 




 

Vos commentaires