Kenan a une possibilité de se faire engager mais il doit attendre 1 AN DE CHÔMAGE: "Je n'ai droit à aucun des plans d'aide du Forem"

Kenan a une possibilité de se faire engager mais il doit attendre 1 AN DE CHÔMAGE:

Ce jeune homme est arrivé à la maison de l'emploi avec l'espoir de retrouver rapidement un nouveau job et de profiter d'une aide, mais il ne rentre pas dans les conditions du plan Impulsion du Forem. Il doit attendre un an au chômage s'il veut bénéficier de cette aide spécifique. Quelles sont ses possibilités ?

À 26 ans, Kenan a déjà quelques mois de travail à son actif. Éducateur A2 après des études secondaires en technique de transition socio-éducative, il a enchaîné plusieurs contrats à durée déterminée. Mais depuis fin mai, il est sans travail. Il avait pourtant une piste lorsqu'il s'est rendu au Forem afin de s'inscrire comme demandeur d'emploi, mais il a vite déchanté.

"Je me suis rendu à la maison de l'emploi pour mon inscription en tant que demandeur d'emploi et pour éventuellement m'informer sur les aides dont je pourrais bénéficier en tant que nouveau chômeur, nous a-t-il expliqué via le bouton orange Alertez-nous. J'avais la possibilité d'être engagé par un employeur tout de suite après la fin de mon contrat de travail. Mais cela ne s'est pas fait pour la simple et bonne raison que cet employeur qui débute son activité recherche des personnes bénéficiant d'un plan d'aide du Forem pour l'engagement de ses employés, et que je n'ai droit à aucune de ces aides".


"Tous les chômeurs devraient être aidés"

Le jeune homme, qui vit avec sa compagne à Morlanwez, a travaillé dans deux centres d'accueil spécialisés pour personnes handicapées jusqu'à aujourd'hui. Il a signé plusieurs contrats à durée déterminée, mais à chaque fois, au moment où il pouvait espérer signer un CDI, les employeurs ont mis fin à son contrat.

Kenan se dit "passionné" par son métier d'éducateur, et ses 3 années de travail en centre lui permettent d'afficher une petite expérience sur son curriculum vitae. Il a, en théorie, le profil type d'un demandeur d'emploi qui peut aspirer à retrouver rapidement un job. Mais la réalité est tout autre. "Je trouve cela injuste. Tous les chômeurs devraient avoir la possibilité d'être aidés. Je me rends compte que je vais devoir rester inactif durant une année complète pour avoir l'espoir d'obtenir une aide et être éventuellement engagé", déplore-t-il.

Je trouve que cela pousse les jeunes comme moi à rester au chômage

"Je suis extrêmement déçu"

Le jeune éducateur dénonce le manque de logique de ce type d'aides. Avec la conseillère du Forem qu'il a rencontrée, il a pourtant tenté de voir s'il rassemblait les conditions nécessaires pour bénéficier d'une aide spécifique, Impulsion ou autre.

Depuis juillet 2017, les demandeurs d'emploi peuvent profiter des Impulsions. Ces aides visent plus particulièrement les demandeurs d'emploi de moins de 25 ans, de plus de 55 ans, et les personnes au chômage depuis 12 mois au moins.

À 26 ans, Kenan n'est pas dans la tranche d'âge requise, et les quelques mois qu'il a passés au chômage avant ses deux emplois n'entrent pas en ligne de compte. Comme il a été licencié fin mai, il doit attendre un an pour entrer dans les conditions, ou trouver une autre aide du Forem, mais ses recherches avec la conseillère de sa région ont été infructueuses. "Je trouve que cela pousse les jeunes comme moi à rester au chômage. Je suis extrêmement déçu de ne pas pouvoir obtenir un plan d'aide pour retravailler de suite", lance-t-il.


Les aides du Forem du point de vue d'un employeur

Kenan espérait bénéficier de cette aide spécifique pour se faire engager par une ancienne collègue qui s'apprête à ouvrir un centre pour adultes handicapés. Nous l'avons contactée afin de comprendre les avantages de ce type d'aides du côté d'un employeur.

Pour l'administratrice, ces aides sont un coup de pouce lorsqu'on débute un projet. "Avec un plan Impulsion, une partie du salaire est payée par le Forem, et donc l'employeur paye moins son employé. C'est pour cela que c'est avantageux. De plus, on aide une personne qui est au chômage. Après, une fois que l'activité est bien lancée, on ne regarde plus à ça. Je vois cela comme une aide financière pour débuter", nous explique-t-elle.

Le Forem nous le confirme : "L’allocation de travail est octroyée pour 36 mois maximum, à dater de l’entrée en service, et est déduite par l'employeur au salaire net auquel le travailleur a droit pour le mois commencé", précise l'organisme.

Le montant des mensualités des allocations de travail évolue. 500 euros sont alloués les 24 premiers mois, 250 euros du 25e au 30e mois et 125 euros du 31e au 36e mois...

"C’est évidemment l’employeur qui décide in fine s’il souhaite cette aide à l’embauche ou pas", nous précise-t-on au Forem.


"Kenan fait partie des profils que je pourrais engager, plan ou pas"

C'est ce qu'a fait cette administratrice : son centre a engagé 4 personnes en plus de la directrice, et 2 employés bénéficient du plan Implusion. Cela aurait pu être Kenan.

Mais attention, même si c'est un avantage d'être aidé financièrement, ce n'est pas le critère premier de cette administratrice lorsqu'elle engage. "Bien sûr, on est content d'avoir une aide financière, mais il faut d'abord que la personne soit compétente. Ce n'est pas juste l'intérêt financier qui compte, il faut du bon personnel", insiste-t-elle.

Elle pourrait donc tout à fait engager Kenan dans les prochains mois. "Actuellement, on a déjà le nombre d'employés adéquat pour le nombre de résidents. Il nous faudrait encore quelques entrées de résidents pour engager quelqu'un d'autre. Et lui, je sais que c'est un super bon éducateur. Je préfère miser sur la qualité du travail, et s'il a un plan, c'est un plus. Kenan fait partie des profils que je pourrais engager, plan ou pas."

Le jeune homme aura donc une chance de se faire potentiellement engager dans ce centre plus tard. Mais il a commencé à envoyer des CV à d'autres employeurs pour tenter de trouver un job rapidement. Rester inactif n'est pas dans son optique de vie : se déclarant passionné par son métier, Kenan veut travailler, avec ou sans aide.


18% des demandeurs d'emploi en Wallonie ont moins de 25 ans

En région wallonne, depuis le lancement des plans Impulsions le 1er juillet 2017, 6.099 demandeurs d'emploi de moins de 25 ans ont bénéficié de cette aide, nous apprend le Forem. À cela s'ajoutent les 9.408 bénéficiaires du plan Impulsion 12 mois +, c'est-à-dire les demandeurs qui cherchent un travail depuis au moins un an.

"D'après les derniers chiffres, les demandeurs d’emploi indemnisés sont au nombre de 191.648 en Wallonie. Parmi eux, 18 % sont âgés de moins de 25 ans", ajoute l'organisme. Ces chiffres donnent donc une première explication à la volonté d'aider spécifiquement les demandeurs d'emploi de moins de 25 ans, pour qu'ils mettent un premier pied dans le monde du travail.

Le Forem s'appuie également sur une décision des autorités wallonnes pour justifier cet âge limite fixé à 25 ans dans le cadre du plan Impulsion. "Le Gouvernement wallon a souhaité simplifier les aides à l’embauche via des regroupements, des renouvellements ou des remplacements. Le seuil des 25 ans – dans les cas des aides à l’embauche des jeunes travailleurs – a été fixé sur base d’études et de comparaisons, ainsi qu’un alignement politique sur ce qui se pratique dans les autres régions belges qui ont permis de déterminer les différentes catégories d’aides, dont celle-ci permettant de favoriser les mises à l’emploi de ce public cible", nous explique-t-on.


"Plusieurs pistes pour l'aider à rebondir"

Les jeunes de moins de 30 ans, mais de plus de 25 ans comme Kenan, ne sont pas "oubliés" puisque d'autres aides sont possibles. "Il ne s’agit pas évidemment de 'devoir chômer 12 mois obligatoirement', toutes les embauches en Wallonie ne sont pas liées à une aide, loin de là, précise-t-on au Forem. Il y a plusieurs pistes pour l’aider à rebondir et faciliter sa recherche d’emploi. Son conseiller est là pour proposer un réel accompagnement personnalisé. Il y a aussi le site Jeunes qui contient des informations claires et orientées pour les moins de 30 ans (conseils, offres d’emploi, formations qualifiantes qui offrent parfois ce petit plus qui favorise l’engagement, etc.)."

Au final, Kenan est inactif depuis moins d'un mois, et même s'il n'entre pas dans les conditions d'un plan d'aide du Forem, son expérience et son envie de travailler devraient lui permettre de ne pas " rester inactif durant une année complète", comme il le craint.

Vos commentaires