En ce moment
 
 

Jean-Pierre, "inoxydable" habitant d'Aywaille, a parcouru 700.000 kilomètres à vélo: "Avec la petite reine, les gens se mettent à rêver"

Jean-Pierre,
©RTL INFO
 
 

"Le vélo invite au rêve". Habitant d'Aywaille, Jean-Pierre Minguet, passionné de la petite reine, passe des heures tous les jours sur sa selle. Auparavant pour aller au boulot par tous les temps et à présent pour s'adonner à son autre hobby, la poésie. Portrait d'un amoureux de la nature et de sa région.

"Environ 700.000 kilomètres au compteur". Rien n'arrête Jean-Pierre Minguet. Depuis 55 ans, l'ancien fonctionnaire des Finances à Verviers arpente les routes de sa région sur son vélo. Équipé pour affronter tous les temps, il enfourche sa bécane chaque jour avec toujours autant de ferveur.

A l'heure où des villes voient leur avenir à travers le vélo, Jean-Pierre Minguet partage sa passion pour motiver les personnes qui l'entourent à favoriser ce moyen de transport le plus souvent possible. L'Aqualien de 63 ans, aujourd'hui pensionné, raconte comment tout a commencé.

"J'avais 18 ans. A l’époque j’allais à mes cours de musique dans le village d’à côté avec mon violon au dos", confie-t-il.

Je suis inoxydable et je donne mon sang tous les 15 jours

Un "moment clé" a fait augmenter fortement ses statistiques. "J’ai commencé à écrire sur les rivières de ma région. Le nombre de kilomètres par an a alors commencé à grimper pour arriver entre 20 et 25.000 km. Les rares fois où j’ai eu dans ma vie une voiture, elle ne roulait pas beaucoup... Avec tout ça, j’ai une santé de fer pour ne pas dire en aluminium. Je suis inoxydable. Je donne mon sang tous les 15 jours. Je l’ai donné 530 fois en 41 ans. Je suis toujours en bonne santé, les médicaments je ne connais pas. Le vélo est une invention extraordinaire, c’est la santé. Je pense que mon témoignage est utile pour faire passer ces messages, pour la santé des gens."

Depuis le début de sa grande aventure à deux roues, il a connu des événements forts en émotions. Le plus marquant étant un tour de la France avec un ami de son village. "On avait chacun 10 kg sur le porte-paquet et pendant 25 jours, on est passé près de la Meuse, la Sône, en repassant pour le Massif central, le Gare, Bordeaux, la Bretagne, pour revenir par la Normandie, la Picardie… C’était un exploit qu’on n’a plus jamais renouvelé. C’est arrivé une fois et c’est rare quand ça se représente. C’était un grand moment dans ma vie."

Et d'ajouter: "Mais des grands moments, j’en ai sans arrêt. Tous les jours, je fais encore 70 km qui sont chaque fois des beaux moments. Après, on se sent tellement bien."


Grâce au vélo, on retrouve de la sérénité, on est calme et détendu dans la nature

Le vélo est pour lui un moyen d'"évacuer les problèmes" et surtout de "trouver des solutions". "Si vous avez un problème avant de monter sur votre vélo, quand vous descendez, vous trouvez la solution, parce que vous relativisez en voyant la nature. Votre cerveau travaille. Grâce au vélo, on retrouve de la sérénité, on est calme et détendu dans la nature, sur le Ravel ou ailleurs. La tempête se calme."

Vous allez voir que les gens vont se remettre à rêver

Le "poète-cycliste" 

Amoureux des mots, Jean-Pierre Minguet se définit comme étant un "poète-cycliste". A travers ses escapades, il trouve l'inspiration pour composer ses poèmes, mais aussi pour rédiger des guides imagés notamment sur les vallées de l’Amblève, de l’Ourthe et de la Vesdre. D'autres livres ont également été consacrés aux villes de Spa, Stavelot et Malmedy.

"Quand on est en dehors des embouteillages, vous avez l’imagination qui commence à prendre le dessus. On dit que la poésie n’existe plus, mais elle revient au goût du jour grâce à tous ces vélos, même électriques. Vous allez voir que les gens vont se remettre à rêver", s'enthousiasme-t-il.

Tous les trois ans, il écrit un livre. "Personnellement, de l’imagination j’en ai. En 1997, j’ai commencé à décrire la nature que je voyais à vélo. J’ai écrit 6 livres, deux sont des réflexions sur la beauté de la nature (il précise avoir écrit plus de 1000 poèmes, parfois de quelques mots). J’ai aussi une passion pour les cours d’eau, je les ai décrits à ma manière. C’est ainsi que j’ai écrit un livre sur l’Amblève, puis sur l’Ourthe, sur la Vesdre. Les personnes qui lisent mes poèmes rêvent comme moi."

Reconnu pour son talent d'écrivain, Jean-Pierre Minguet a vécu un moment particulièrement émouvant le 20 juillet dernier. "J’étais à Verviers après les inondations. Le Roi et la Reine se sont présentés pour la journée de deuil national. Le gouverneur de la province de Liège m’avait appelé le jour avant pour venir lire des poèmes que j’ai réalisé sur les relations humaines et sur la générosité des gens venus de partout en Belgique et de France pour aider les sinistrés."

Après toutes ces aventures, il ne compte pas s'arrêter de sitôt de limer le bitume sur son deux roues et de mettre des mots sur ce qu'il observe au quotidien.


 




 

Vos commentaires