En ce moment
 
 

Laurent fait un virement de 35€ vers la Suisse et constate 30€ de frais: "Et ils veulent supprimer le cash ?"

Laurent fait un virement de 35€ vers la Suisse et constate 30€ de frais:
©RTLINFO

On a tendance à l'oublier: la Suisse, bien qu'entourée de pays de l'Union européenne, est très indépendante. On le remarque sur la facture téléphonique (les frais de roaming sont identiques à ceux d'un pays du bout du monde), mais également pour une opération bancaire aussi banale qu'un petit virement entre deux comptes. Explications.

C'est dans l'air: payer avec sa carte (avec ou sans contact) est devenu la norme, payer directement avec son smartphone ou sa montre connectée le sera dans 10 ans. Ce qui ne laisse plus beaucoup de place au paiement en liquide.

Pourtant, cela évite parfois de solides frais bancaires. Des frais d'un autre âge, qu'on espère voir disparaître bientôt. Si les banques veulent convaincre le monde d'abandonner l'argent liquide, il faudra passer par là.

Laurent n'a pu que constater, après avoir effectué un virement vers la Suisse, que ces frais pouvaient atteindre 30€. Même pour un virement de… 35€. "C'est dur d'accepter cet abus, et ils veulent supprimer le cash, pour encore nous en prendre plus ! Comment faire confiance aux banques ?", nous a déclaré ce père de famille, qui a contacté la rédaction de RTL info via le bouton orange Alertez-nous.


Une initiation aux chiens de traîneaux

C'est en préparant ses vacances que Laurent a constaté ces frais très importants. "Nous sommes partis au ski en Suisse lors des dernières vacances de Carnaval. Je voulais réserver une initiation au mushing (chien de traîneau) pour mon fils de 6 ans. J'avais vu la pub sur Facebook".

Comme c'est généralement le cas, il faut payer à l'avance pour confirmer la réservation. Laurent n'a donc pas vraiment le choix.

Via son home banking ING, il effectue un virement sur le compte bancaire suisse de l'association Mushing-Passion. "L'activité coûtait 35 Francs suisses".

Au moment d'effectuer le virement, le site de sa banque lui demande qui va prendre en charge les frais. "Il fallait cocher une des cases (voir plus bas). Et comme sur le site, il était indiqué que les frais étaient à charge du payeur et non de l'association, j'ai précisé que c'était moi qui les prenais à mon compte".

Mais aucun détail sur les frais eux-mêmes…


Il vérifie et tombe des nues

Le lendemain, afin de s'assurer que sa réservation est confirmée, il regarde si la transaction est bien passée. "Je constate alors que l'activité me coûtera 32€, mais qu'en plus de cela, les frais pour cette transaction s'élèvent à 30,25 euros (10€ pour ING, 15€ pour la banque suisse et 21% de tva)".

Laurent tombe des nues. Et se rend compte ensuite que pour l'appartement qu'il a loué pour ces vacances, il a payé 1.000€, mais en deux fois. "Donc là aussi, j'ai deux fois 30€ de frais, soit 60€". Au total, les banques (celle de Laurent et celle du destinataire du virement) auront donc gagné 90€ pour effectuer trois opérations très basiques et entièrement automatisées !

Notre témoin estime que ces frais sont "complètement disproportionnés: un pourcentage, d'accord, même 10% pourquoi pas, ça m'aurait coûté 3€ pour le virement de 30€".


On quitte l'Union européenne et tout se complique

Nous avons contacté la Febelfin, la fédération du secteur financier, pour tirer les choses au clair. Un responsable nous a avoué que sur ce genre de problématique, "on ne peut pas faire grand-chose: la Suisse n'est pas dans l'Union économique et monétaire (UEM) de l'Union européenne". Impossible donc de "contrôler ou imposer quoi que ce soit". Quant aux tarifs des banques belges, ils "sont clairement indiqués".

Ces frais sont cependant très élevés, plusieurs dizaines d'euros pour effectuer un simple virement d'une banque belge vers une banque suisse. Ils peuvent néanmoins être partagés, et cela doit être précisé au moment de l'opération. Avec le code SHA, un Belge qui effectue un virement hors UEM sera facturé uniquement de la commission de paiement de sa banque (le reste sera à charge de celui qui reçoit l'argent, il en recevra donc moins que prévu car tout est prélevé automatiquement). Avec OUR, il faut rajouter pour le compte du Belge émetteur du paiement les frais de la banque du destinataire. Avec BEN, il n'y a aucun frais pour le Belge qui effectue le paiement, tout sera prélevé sur le montant envoyé, le destinataire recevant donc nettement moins d'argent que prévu…

Comme nous l'a précisé Laurent, l'association suisse – on peut le comprendre - n'entendait pas assumer de tels frais bancaires et donc perdre de l'argent. Notre témoin a donc utilisé la mention OUR, prenant tous les frais à son compte. On a regardé les tarifs 2019 de la banque de Laurent, à savoir ING. Effectivement, il faut compter une commission de paiement de 0,1% (mais 12,10 € minimum) de la part d'ING, et un forfait pour le paiement sortant à destination de la Suisse encodé avec la mention OUR, à savoir 18,15€. On arrive bien à la trentaine d'euros évoquée par Laurent.


D'où viennent ces frais ?

Rappelons que toutes les banques belges ont des tarifs similaires, et que "seulement" 12,10€ sur les 30,25€ de frais payés par Laurent ont atterri dans les caisses d'ING (le reste est pour la banque suisse de l'association de chiens de traineau) ?

Malgré tout, ça reste énorme. Comment ING explique-t-il cette somme ? "Les virements internationaux mobilisent en effet des conversions en devise et des plateformes IT différentes des paiements en EUR. Les conversions de devise ont des tarifs spécifiques qui pourraient expliquer en partie les frais ci-dessus", nous a expliqué Marie-Lise Verschelden, du service communication de la banque.

L'existence de lourdes procédures de traitement de ces virements internationaux hors Europe serait donc à l'origine des frais exorbitants.

Pour les éviter, il n'y a pas 36 solutions: il faut oublier le virement traditionnel entre comptes bancaires ! Quand c'est possible, privilégier évidemment les paiements directs. Il aurait fallu, dans le cas de Laurent, que l'association suisse Mushing-Passion.ch soit équipée d'un module de paiement en ligne, ce qui n'est pas le cas. Logique: cela a un coût. PayPal, par exemple, facture entre 1,4% et 3,4% du montant en guise de commission, plus 0,25 centimes par transaction. Des frais qui sont forcément répercutés sur le prix des produits ou service vendus...

Rien à faire: payer, ça coûte de l'argent, surtout quand on quitte la zone économique européenne…

Vos commentaires