En ce moment
 
 

Le fils d'Olivier ne parvient pas à valider son abonnement dans un bus TEC "bondé", il doit payer une amende "incroyable"

Le fils d'Olivier ne parvient pas à valider son abonnement dans un bus TEC "bondé", il doit payer une amende "incroyable"
 
 

Il ne suffit pas d'avoir payé son trajet dans les transports en commun, pour éviter une amende en cas de contrôle. Il faut également valider le titre de transport, le scanner devant le valideur rouge. Valentin en a fait la douloureuse expérience le mois dernier alors qu'il y avait foule dans le bus.

Que ce soit à travers le témoignage de navetteurs abandonnés sur le trottoir faute de place dans le bus, ou des chauffeurs agacés d'être retardés par les travaux du centre de Liège, nous évoquons régulièrement les déboires du TEC, le Transport En Commun wallon. 

Via le bouton orange Alertez-nous, Olivier a évoqué un autre problème à la rédaction de RTL info. En effet, il a reçu par courrier une amende du TEC pour son fils, car celui-ci, en ordre d'abonnement, n'avait pas scanné son badge dans le bus...

"Un bus souvent bondé"

En effet, le 29 octobre dernier, le garçon de 15 ans s'est fait contrôler dans un bus à Waterloo. Même s'il avait sur lui son abonnement (une carte avec une puce) "qui coûte 70 euros pour 6 mois", il était visiblement en infraction car il ne l'avait pas scanné en entrant dans le bus. La raison ? "Le bus est souvent bondé, et vue la cohue, mon fils n'est pas parvenu à faire valider son parcours", nous explique Olivier. "Il m'a dit qu'il (scannait) quand il pouvait", mais que parfois, ça n'était pas possible. 


La carte d'abonnement du fils d'Olivier (D.R.)

Résultat: après le contrôle de l'infraction, Olivier a reçu une amende de 10 euros. "C'est une somme énorme par rapport au prix de l'abonnement de 70€. Et ce n'est pas normal, l'abonnement est payé donc il n'y a pas de fraude", selon notre témoin. 

Il a payé l'amende car son fils, selon le règlement, "est effectivement tort". Olivier ne compte cependant pas faire un recours vu la petite somme qui est en jeu. Mais il tenait "à prévenir les parents". 

C'est bien dans les conditions générales

Les conditions générales d'utilisation des titres de transport TEC stipulent, effectivement, en leur point 4.2 que : "Pour constituer un titre de transport valable, une Carte, un Ticket ou l’application doit cumulativement :
-être chargé(e) d’un titre de transport électronique dont les conditions d’utilisation spécifiques sont valables pour le voyage considéré (parcours autorisé, période de validité, etc.) et
-être systématiquement et obligatoirement validé avec succès à chaque embarquement sur tout véhicule TEC équipé de système de validation."

A côté de la règle, une évaluation faite par le contrôleur

Contacté par nos soins, le porte-parole du TEC rappelle la règle principale ci-dessus : il faut chaque fois valider son titre de transport même lorsqu'on a un abonnement. Tout en reconnaissant qu'il puisse y avoir des circonstances particulières. "Parfois, il est physiquement difficile d'aller valider son titre dans le bus ou le tram parce que c'est l'heure de pointe", fait-il remarquer, avant de poursuivre : "La situation est évaluée par les contrôleurs. Il y a la règle principale, mais le contrôleur est sur place".

La validation amène une information qui permet de faire évoluer le réseau

Et si vous n'êtes pas d'accord avec l'évaluation faite par l'employé du TEC, il y a toujours une possibilité d'introduire un recours. Stéphane Thiery, le porte-parole du TEC, tient également à rappeler la philosophie derrière la validation obligatoire, sous peine d'amende, d'un titre de transport qui a pourtant déjà été réglé : "La validation amène une information qui permet de faire évoluer le réseau, cela permet par exemple de se rendre compte qu'il y a une charge trop importante sur une ligne et de prendre la décision adéquate, comme le doublement par un deuxième bus". La volonté, souligne-t-il, est donc de s'adapter au mieux aux comportements des usagers.


 

Vos commentaires