En ce moment
 
 

Le système pyramidal déguisé GetEasy frappe des milliers de gens: "Lorsque l'argent est investi, on n'arrive plus à le récupérer"

Le système pyramidal déguisé GetEasy frappe des milliers de gens:
GetEasy, VIC, Pyramidal, arnaque, MLM

Une arnaque d'envergure perdure, malgré les nombreuses alertes des institutions de consommateurs et de certains médias. GetEasy change de nom, mais pas de business: on est en plein système pyramidal à peine déguisé en "marketing réseau". Explications et témoignages d'une "victime".

L'escroquerie existe depuis la nuit des temps. Et si ces dernières années, elle a pris des formes étonnantes via le web et ses très nombreux services (réseaux sociaux, commerce en ligne, e-banking, etc…), l'arnaque des bons vieux systèmes pyramidaux fait toujours recette.

Exemple actuel avec la "société" GetEasy, devenue iGetMania puis maintenant VIC. Une succession de fausses entreprises n'ayant même pas de bureau: un nom en remplace un autre, car la première se met en pseudo faillite, la deuxième reprend ses activités (mais il faut payer à nouveau pour récupérer son argent…), la troisième est en cours de lancement, et promet de sauver et de payer tout le monde.


"100.000 personnes en France" ?

"À l'heure actuelle, énormément de gens dans la francophonie ont été touchés par cette arnaque", nous a écrit un lecteur de RTLinfo.be, via la page Alertez-nous.

"Certains forums estiment que cent mille personnes (des estimations délicates, voir plus bas, NDLR) en France pourraient être touchées mais aucune statistique officielle n'existe. La Belgique a été touchée également. J'ai été touché, le pire étant que lorsque l'argent est investi on n'arrive plus à le récupérer. La société a inventé tout un tas d'excuses et de mensonges pour justifier l'absence de paiement", nous a confié cette personne qui préfère rester anonyme.

Derrière cette arnaque toujours en cours, on trouve les mêmes escrocs, qui prétendent faire du "marketing de réseau".


C'est quoi, le marketing de réseau (MLM) ?

Le marketing de réseau, également appelé multi-level marketing (MLM), est proche du système pyramidal, sauf qu'il y a de la vente de produits (dans le cas qui nous intéresse, des balises GPS), qui légitime le business.

Le MLM doit alors être considéré comme une stratégie commerciale dans laquelle les revendeurs (ou distributeurs) gagnent de l'argent grâce aux marges sur les produits qu'ils vendent, mais également – et c'est là qu'on se rapproche du système pyramidal – sur les produits écoulés par les autres vendeurs qu'ils ont recrutés.

L'avantage de la vente multiniveau, qui est légale, est d'éliminer les coûts liés au recrutement et à la formation mais aussi les dépenses de publicité en lui substituant le bouche-à-oreille. C'est (plus ou moins) le principe des réunions Tupperware: il y a peu de boutiques et peu de publicités, tout se faisant via des vendeurs indépendants hiérarchisés.


GetEasy "commercialisait" des traceurs GPS

GetEasy, ainsi que les pseudo-sociétés basées à l'étranger qui prétendent reprendre successivement ses activités, basait son business de MLM sur la vente de traceur GPS (des petites balises à placer dans un véhicule ou dans un sac, et qui servent à suivre la localisation d'un véhicule ou d'une personne).

Mais le principe même de son business, dès le départ, est étonnant. Les personnes intéressées doivent souscrire à un pack, allant de 360€ à 12.000€. Si elles optent pour le moins cher, elles reçoivent un traceur GPS, dont la valeur est estimée à une centaine d'euros. Mais surtout, du moins c'est ce que prétendent les responsables, il y a 4 autres traceurs GPS (pour le pack à 360€) qui sont mis en location par GetEasy. Celui qui a souscrit au pack partage l'argent ainsi récolté, et on lui promet donc 90 € par mois pendant 1 an.

Et plus vous investissez, plus vous gagnez d'argent. Dans sa première arnaque, il y avait le pack "Suprême" à 3.200€: 60 traceurs GPS étaient loués par GetEasy, ça rapportait 800€ par mois pendant un an. La dernière mouture, VIC, est plus gourmande: le "pack 6" coute 12.000€, et on ose à peine imaginer les gains promis.

Sur son site, on peut lire qu'il "ne faut pas trouver soi-même les clients" à qui louer les traceurs GPS: GetEasy "a déjà signé des contrats pour plusieurs millions de produits"…

Des traceurs qui ont par ailleurs été réellement achetés et distribués - du moins quelques milliers pour convaincre (environ 75.000, selon l'enquête d'un ancien membre qui ajoute que les entreprises chinoises n'ont pas été entièrement payées pour les appareils).

"Deux mois après ma souscription, j'ai en effet reçu un traceur GPS. C'est un vrai produit, mais je ne l'ai pas utilisé", nous a confié Philippe, un ancien membre qui a mis en ligne un site rassemblant tous les détails de cette arnaque et qui a accepté de répondre à nos questions.

Sur un forum qui semble réellement indépendant, des membres expliquent qu'il fallait un code d'activation pour pouvoir utiliser ce traceur, mais que personne ne l'a jamais obtenu…


De la vente pyramidale déguisée

Une simple façade, ces balises GPS? Cela en a tout l'air. En creusant un peu, on se demande qui aurait intérêt à louer un traceur qui ne coûte que 100€ (et qui de surcroit semble ne pas fonctionner). Des traceurs qui ne proviennent nullement de la pseudo-société spécialisée TachoEasy Iberica (qui frôle le plagiat, voir plus bas), mais bien de constructeurs chinois à bas prix.

En réalité, l'argent qui circule – et il y en a (eu) visiblement beaucoup – ne provient nullement de la location de ces appareils. Ce sont les nouveaux membres, en achetant des packs à leur tour, qui amènent de l'argent frais. En parrainant de nouveaux membres et en les accumulant dans votre "filière", vous recevez de l'argent de manière fixe, que GetEasy appelle "bonus".

C'est donc de la vente pyramidale déguisée en marketing de réseau… Rappelons que la vente pyramidale est interdite depuis des années dans de nombreux pays dont la Belgique.


Des bonus grotesques

Officiellement, le parrainage n'était pas nécessaire pour avoir un retour sur investissement très rapide au sein de GetEasy (car l'argent venait des soi-disant locations des traceurs GPS que vous aviez acheté dans le 'pack').

Mais ces "bonus", présentés de façon grotesque (on vous offre d'abord un pin's, puis une Ferrari ou une maison, et enfin des "participations aux bénéfices mondiaux de la société"), faisaient croire que les revenus peuvent devenir très importants s'il y a de nombreuses personnes "en-dessous" de vous. Et donc si les gens que vous aviez parrainés avaient eux aussi convaincu d'autres gens d'acheter des packs.

Tous ces bonus étaient gérés via le "back-office" de GetEasy, un site web qui permettait de voir les points récoltés grâce aux bonus et de demander à être payé via des virements (ils ne sont pas automatiques, étrangement).

"Au début, ça fonctionnait", nous a expliqué Philippe, qui précise que "les sommes reversées étaient une petite partie de l'argent provenant des nouveaux membres". Le but était bien entendu de faire croire que le business était bien réel, que ça rapportait de l'argent, afin que le bouche-à-oreille fonctionne et de nouveaux membres viennent consolider une pyramide.

Certaines personnes ont même évoqué sur des forums que les virements étaient payants (75€!), qu'il fallait, sur les "back-office" des sociétés remplaçant GetEasy, "acheter une carte à 30€" pour pouvoir se connecter.

Bref, des stratagèmes supplémentaires pour que l'argent rentre le plus possible et le plus longtemps possible, et sorte le moins possible.


Et ça continue

D'après plusieurs témoignages concordant, dont celui de Philippe, GetEasy a effectivement reversé de l'argent de mars à août 2014, via son fameux back-office. Mais à ce moment, la pyramide s'est effondrée, comme c'est toujours le cas avec les systèmes pyramidaux. Les besoins en argent frais (et donc en nouveaux membres) sont exponentiels. Rapidement, il faut un très grand nombre de nouveaux membres pour que les "anciens" puissent toucher de l'argent.

Certains médias francophones – mais sans doute pas assez – ont dénoncé cette supercherie: "On est pas des pigeons", La Savoie. L'union des consomateurs français (UFC Que Choisir) ont évoqué GetEasy.

Mais les membres lésés (sans doute la dernière génération, celle qui a fait vaciller le système) s'accrochant toujours à l'espoir de retrouver leur argent, les escrocs derrière GetEasy ont pu continuer leurs magouilles.

GetEasy s'est mis en pseudo faillite (évoquant des problèmes de paiement, car les banques partenaires ne savaient pas suivre…), iGetMania a prétendu prendre le relais sous conditions.

Mais les poissons n'ont pas mordu à l'hameçon, qui était sans doute trop évident.

L'un des dirigeant, Antonio Loios, a fait donc changé de nom: "VIC", pour Valuable Idea Concept (il fallait oser…), est en cours de déploiement. Derrière, on retrouve les mêmes noms de fausses sociétés (TachoEASY, IFC, etc). L'idée est toujours d'acheter des packs avec des traceurs de localisation…

Malhonnêtes jusqu'au bout, les pseudos "leaders", les membres de la première heure qui ont effectivement gagné beaucoup d'argent car ils avaient des milliers de "filleuls" en-dessous d'eux, ont créé de nouveaux sites, de nouvelles pages Facebook.

Il est probable que le but sera, comme lors de la dernière transition (de GetEasy vers iGetMania), de faire croire aux membres que pour être payés, il faut verser de l'argent, ou acheter des packs, ou avoir de nouveaux filleuls.

Perfides, ces "leaders" avancent sur la page Facebook depuis fin janvier que "le back-office est en cours de finalisation", "soyez patients". L'idée est sans doute de faire croire à tous ceux qui n'ont plus touché un centime depuis des mois, que tout va s'arranger.

Ces derniers jours, il semblerait que les fondateurs de cette vaste arnaque se divisent. L'un d'eux, Tiago Fontoura, était en Tunisie à la mi-février: il prétend rembourser tout le monde avec un nouveau projet, baptisé GoUP (voir cette étrange page Facebook).


Comment ont-ils convaincu autant de monde ?

La question que tout le monde se pose est : "Comment est-ce possible qu'autant de gens aient fait confiance à GetEasy ?"

"J'étais convaincu que c'était honnête à 100%", nous a confié notre témoin Philippe, qui est entré dans GetEasy via "un ami de longue date". "Je m'étais renseigné, et je voyais en effet des commentaires négatifs sur certains forums, mais les gens qui en disaient du mal n'en faisaient pas partie. Je pensais qu'il y avait de la jalousie".

Pour la plupart des membres, il y a tout d'abord l'appât du gain. Les associations de consommateurs et les autorités financières ont beau répéter que si ça a l'air trop beau pour être vrai, c'est que ça ne l'est pas, il y aura toujours des gens aveuglés par l'argent facile… Le fait que les comptes d'épargne des banques affichent un rendement ridicule de 0,5 % pousse, de plus, certaines personnes à vouloir investir autrement. Un argument que l'on a pu lire sur certains groupes Facebook vantant les mérites de GetEasy.

Ensuite, il y a l'emballage. GetEasy a créé des sites web, poussé ses premiers membres à créer d'autres pages web. Certains d'entre eux sont bien faits, et ont un look tout-à-fait sérieux. Et même s'ils n'ont pas hésité à indiquer de fausses associations avec de vrais organismes financiers, et à créer des sociétés dont le nom était proche d'autres vraies entreprises. C'est le cas de TachoEasy Iberica, et maintenant TachoEasy Middle East, qui font une référence grotesque à TachoEasy AG, une entreprise allemande qui est, elle, vraiment spécialisée dans la géolocalisation. Le logo de VIC est une copie de celui de TachoEasy, qui a pris des mesures contre GetEasy, comme l'indique son site officiel

Et pourtant, malgré tout, pour un public plus crédule et moins connaisseurs du web, tout cet emballage semble, encore aujourd'hui, authentique.


Des meetings et des témoignages

Parmi les techniques pour faire croire qu'il y avait un vrai business derrière GetEasy, il y a également eu quelques "meeting" pour convaincre des futurs membres (dont un avec une Ferrari sur le plateau).

Philippe, notre témoin français, "a été à une réunion à Menton, organisée par un leader". Devant "une cinquantaine de personnes", cette personne "a trouvé les arguments pour convaincre". Dans cette présentation, l'origine de l'argent est avant tout la location de traceurs GPS: "le parrainage, il en parlait de manière secondaire".

Enfin, il y a les témoignages (sans doute enjolivés) des "leaders" qui ont effectivement amassé beaucoup d'argent entre mars et août 2014. En dehors du fait que ces "leaders" évoquent publiquement les fortunes gagnées, ils prétendent participer à des réunions de dirigeants à Monaco, Lisbonne ou Madrid, photos et vidéos à l'appui (mais sont-elles authentiques ?).

Tout cela contribue à établir une façade plus ou moins crédible. Mais cela fonctionne surtout parce que les gens ont envie d'y croire, ou parce qu'ils y croient à moitié mais ont décelé le potentiel de cette arnaque pyramidale: si le système tient assez longtemps, ils gagneront en effet de l'argent.


Une action en justice, mais combien de victimes ?

Philippe, notre témoin, est parvenu à se faire racheter ses packs par un membre situé à plusieurs échelons au-dessus de lui, dès qu'il a flairé l'arnaque (les traceurs chinois et le nom usurpé TachoEasy).

Cependant, il a lancé un collectif pour mener l'action en justice, surtout pour dénoncer ces pratiques scandaleuses.

"Il y a environ 300 personnes intéressées, et on a un avocat. Le but est d'attaquer la société et ses leaders complices, qui ont continué à promouvoir le système, et qui ont touché jusqu'à 1 ou 2 millions d'euros".

Des victimes, il y en a pourtant beaucoup. Il n'y a pas de chiffres précis, car il y avait de nombreux intermédiaires, et certains membres ont gagné de l'argent. "On estime le nombre de victimes totales entre 300.000 et 500.000, dans le monde entier. En France, c'est autour de 50.000", selon Philippe, qui a échangé avec de nombreux membres.


Vous êtes victimes: que faire ?

En Belgique, les victimes peuvent se tourner vers ecops pour dénoncer GetEasy. Ecops s'occupe des délits en relation avec la Belgique commis sur ou via l’Internet.

Mais pour porter plainte, il faut hélas se rendre dans "le service de police local, lequel pourra pour une enquête ultérieure demander l’appui de la RCCU ou de la FCCU (les départements de la Computer Crime Unit, spécialisée dans les délits sur internet)", peut-on lire sur cette brochure de la Police fédérale.

Mais y aura-t-il de nombreuses plaintes ? Les membres, en participant au système, ont eux-mêmes frôlé la légalité, même s'ils l'ignoraient. C'est l'histoire du mec qui achète une voiture volée…

C'est sans doute là que le système est le plus habile: de par l'implication de ses victimes, il se met à l'abri d'une plainte à grande échelle…


Conclusion

GetEasy, puis iGetMania et maintenant VIC ou GoUP: derrière ces noms de (fausses) sociétés se cache une vaste arnaque qui a profité (et profite sans doute encore) à quelques sombres individus.

Il ne s'agit que d'un système pyramidal classique (et interdit depuis longtemps), qui se cache derrière un business de marketing réseau (ou MLM). Mais en réalité, la vente et la location (bidon) de traceurs GPS ne sont qu'un prétexte pour mettre sur pied une arnaque vieille comme le monde: vous recevez de l'argent à chaque fois qu'un nouveau membre en-dessous de vous verse de l'argent…

Les victimes (plusieurs centaines de milliers de personnes dans le monde) essaient depuis plusieurs mois de sauver les meubles en récupérant leur argent. C'est surtout grâce à cela que l'arnaque perdure, via de nouvelles "sociétés" qui ont le culot de faire croire, désormais, que pour récupérer son argent, il faut réinvestir.

Si l'on vous parle de ce genre de business, passez votre chemin et dites à votre interlocuteur qu'il est un pigeon… ou un arnaqueur.

 

 

 

 

 

Vos commentaires