En ce moment
 

Liège: filets, épuisettes de capture et cages... que vont devenir les lapins de la Boverie, menacés par les travaux? (photos)

La nouvelle est tombée durant le mois de juin dernier. L'école communale de la Boverie qui accueillait dans sa cour de récréation de nombreux lapins va fermer ses portes et déménager. Les travaux liés à la nouvelle passerelle ont pris de l'avance. Les enfants retrouveront un établissement à la rue de Londres toujours à Liège. Mais, quid des autres locataires: les lapins.

Un déménagement précipité. C’est l’histoire d’une école communale à Liège, 'La Boverie'. Un établissement situé en plein cœur d’un parc du même nom que l’école. Une aubaine, car les enfants y jouent quotidiennement dans une cour de récréation verdoyante. Particularité de l’endroit: des dizaines de lapins partagent la cour de récréation des enfants depuis des années.

"Ce déménagement initialement prévu pour l'année scolaire 2016-2017 a dû être avancé suite à l'installation d'une nouvelle passerelle reliant les Guillemins dans le parc de la Boverie et risquant une issue fatale pour les lapins", nous fait savoir Nathalie Bergrath, la présidente de l’ASBL AnimaVeg, via la page alertez-nous. L'association souhaite l'évolution de la condition animale par la popularisation du veganisme.*

Parc de la Boverie (photo)

Parc1


Une surpopulation gênante

À la base et il y a quelques années, un seul couple de lapins a été introduit dans la cour de récré. Les années ont passé et de nombreux particuliers ont pris l'habitude de venir abandonner leur mammifère quand ceux-ci devenaient contraignants. "Très vite, les gens ont été au courant que des lapins vivaient à cet endroit. Ils ont commencé à les jeter par-dessus les grilles quand ils souhaitaient les abandonner sans même qu'ils soient stérilisés", indique Nathalie Bergrath qui poursuit: "Régulièrement, les ASBL agréées allaient retirer des lapins pour éviter un problème de surpopulation. Des cadavres étaient parfois même retrouvés sous les pavillons de l'école ce qui posait problème."

Résultat: des années plus tard, c'est un véritable contingent de lapins qui y vit. Une population uniquement régulée par la bonne volonté des associations agréées comme AnimaVeg.


Un déménagement prévu... mais pas si tôt

Mais le cadre sympathique de la cour de récréation de l'école communale appartient désormais au passé. Au mois de juin dernier, à l’issue de l’année scolaire, l’école est invitée à quitter les lieux par les autorités. En cause: les travaux de la passerelle qui relie les Guillemins au parc de La Boverie ont pris de l’avance sur le planning. La première pierre de l’édifice sera posée ce samedi. Initialement, l’école ne devait pourtant déménager que pour l’année scolaire 2016-2017. L’école va être déplacée à la rue de Londres. Les enfants vont donc connaître un nouveau cadre scolaire à la rentrée. 


La passerelle vers la Boverie va enfin être posée

En résumé, c’est une petite révolution dans le paysage du bord de Meuse avec cette passerelle qui reliera bientôt les quais de Meuse au Parc de la Boverie. La passerelle d’acier est un monstre: 750 tonnes et 300 mètres de long. Les Liégeois pourront admirer l’ouvrage d’ici lundi. En attendant le transport, prévu aussi ce samedi par bateau, les différents éléments sont préparés. "Les structures qui sont pré-assemblées en 6 grands éléments vont être glissées sur des barges. Vendredi après-midi, ces barges vont remonter la Meuse pour arriver à destination vers 15h30-16h" a expliqué Vincent Servais, responsable de la conception de la passerelle, à la rédaction de RTLInfo.

L'une des 6 pièces qui vont être glissées sur des barges (photos) 
 
 


Des grues de 60 mètres de haut posées sur des barges

La circulation fluviale sera interdite pendant trois jours, soit des moyens spectaculaires déployés pour mener à bien l’édification de cette nouvelle passerelle. L’opération la plus périlleuse aura lieu samedi avec le redressement du tablier de 140 mètres. "Pour faire cela, il y aura trois bigues", poursuit Vincent Servais. "Une bigue, c’est une grue sur une barge. Mais des grues qui culminent à 60 mètres de haut donc il s’agit d’éléments importants". Sauf incident, la passerelle sera entièrement assemblée lundi, mais les Liégeois devront encore patienter jusqu’au mois d’octobre avant de la traverser.

Infographies du résultat à l'issue des travaux (photos)


 
 
Opéartion commando 

Mais, revenons-en à nos lapins. Il y a deux semaines et à l’initiative de l’ASBL ‘Animaveg’, une véritable opération de sauvetage a été mise en place. Une centaine de lapins ont été capturés par des bénévoles pour être déplacés. Ils risquaient tout simplement la mort. Les travaux liés à la passerelle vers le parc de la 'Boverie’ nécessitent de retourner la terre à de nombreux endroits où se situent entre autres les terriers des mammifères. Une quinzaine de bénévoles se sont retroussé les manches et ont capturé les lapins. Filets, grillages, épuisettes de capture, cages, les bénévoles avaient sorti la panoplie complète de sauvetage pour se saisir des lapins comme en témoignent ces clichés. 

 


 
 
 

Un lapin en cage... non merci

Les lapins ont été depuis recasés dans des refuges agrées comme ceux de la SRPA de Liège, 'd'Animaux en Péril' ou de l’ASBL ‘Animal Sans toi… T’. "On a aussi trouvé des accueillants qui bénéficient d’un endroit similaire au cadre de l’école." A savoir, plusieurs hectares ou les lapins peuvent vivre en liberté ou en semi-liberté.

Les petits animaux à poil ont été pucés, vaccinés et stérilisés. "De toute façon et de manière générale, nous déconseillons que les lapins vivent en cage. Surtout ceux qui ont déjà vécu en liberté toute leur vie", conclut la présidente de l’ASBL Animaveg.

*mode de vie consistant à ne consommer aucun produit issu des animaux ou de leur exploitation 

 

Vos commentaires