En ce moment
 
 

Marc fait bloquer sa Mastercard piratée, mais constate un nouveau paiement frauduleux UN MOIS plus tard: "Il va falloir montrer les dents"

Marc fait bloquer sa Mastercard piratée, mais constate un nouveau paiement frauduleux UN MOIS plus tard:
©RTLINFO
arnaque, carte de crédit

Notre témoin de Wasmes avait opté pour une carte prépayée en pensant déjà au risque d'une utilisation frauduleuse. Elle a bien eu lieu, et quelques paiements ont été effectués en Inde. Une fois la carte bloquée et les montants remboursés, il a cependant constaté qu'elle était encore utilisée… En Chine, cette fois. Comment est-ce donc possible ?

Dans un avenir pas si lointain, il ne sera plus nécessaire de rentrer directement ses coordonnées de carte de crédit sur un site de commerce en ligne. Des solutions existent déjà (via PayPal, Google Pay, l'appli Bancontact) pour ne pas laisser trainer ces données très sensibles, mais elles ne sont pas encore assez généralisées.

En attendant, donc, il faut être très prudent. Originaire de Wasmes (section de la commune de Colfontaine), Marc pensait l'être, mais comme beaucoup d'autres, il s'est rendu compte que des escrocs à l'autre bout du monde avaient "volé" les coordonnées de sa Mastercard et s'en était servi pour effectuer des achats, souscrire à des abonnements, etc.

Il a prévenu sa banque qui a fait le nécessaire, lui envoyant une nouvelle carte de crédit. Mais malgré tout, un mois plus tard, il a constaté un nouvel abus. "Le 2 février, sur cette même carte bloquée, une transaction de Chine d'un montant de 88,97€ a été effectuée", nous a-t-il écrit via le bouton orange Alertez-nous.

La banque nous a donné l'explication la plus probable de ce phénomène, une histoire "d'autorisation".

Aucun problème jusqu'à l'achat d'un aspirateur

Lorsqu'il a changé de banque et opté pour celle de bpost, il y a environ un an et demi, Marc a immédiatement commandé une carte Mastercard de type prépayée (appelée bpaid). "Comme je commande beaucoup sur internet, je préfère cette idée d'une carte de crédit limitée: si vous achetez quelque chose, vous devez simplement mettre le montant sur la carte via le homebanking, vous commandez et elle est vide après l'achat".

Notre témoin originaire de Colfontaine (Hainaut) n'a "jamais eu le moindre problème" avec cette carte, jusqu'à un achat en ligne. "Tout a commencé quand j'ai commandé un aspirateur" sur le site du fabricant. "Il y a eu un problème, je l'ai commandé une fois, par Paypal, ça a été accepté. Puis quelques heures après, elle a été refusée, dans le message on m'a dit que c'était dû à la carte".

Difficile de savoir ce qui s'est passé durant cette transaction, et si le bug est à l'origine du vol des coordonnées de sa Mastercard. Mais c'est possible, par exemple si l'ordinateur de Marc était infecté par un virus, si la ligne ou le serveur traitant la requête était "piraté". Autre possibilité: les coordonnées bancaires de Marc, stockées par certaines boutiques en ligne comme Amazon, peuvent également avoir été dérobées par des pirates directement chez le marchand.

Quelques jours plus tard, et Marc y voit donc un lien, "j'ai constaté le piratage" en remarquant que "les transactions venaient d'Inde, environ 160€". La carte de Marc avait été chargée peu avant, au cas où il aurait besoin d'acheter rapidement quelque chose en ligne ("car il faut compter trois jours pour que le montant soit transféré"). Cette somme était donc disponible, et elle a été débitée.

Alerté, Marc se rend à sa banque. "Je suis passé au bureau de poste pas loin de chez moi, et on m'a dit que ma carte avait été bloquée car on avait constaté des transactions frauduleuses".

Les démarches nécessaires pour régulariser sa situation sont assez lourdes. "Pour Mastercard, j'ai dû aller porter plainte à la police. Et ensuite j'ai dû remplir un document de bpost affirmant que ce n'était pas moi qui avais effectué ces transactions frauduleuses".

Heureusement, "en deux semaines de temps", Marc a récupéré l'argent.

anciennecarte
Marc nous a fait parvenir le décompte reprenant les transactions frauduleuses initiales (26/12) et la nouvelle (2/2). Les commentaires sont les siens.

Sa carte bloquée, mais pas tout à fait…

La procédure habituelle dans ce genre de cas, c'est que la carte est bloquée, et qu'une nouvelle est émise et envoyée. Marc a donc reçu une nouvelle Mastercard bpaid courant du mois de janvier. Carte qu'il a utilisée habituellement pour ses achats en ligne. "Le solde avait été transféré de l'ancienne carte vers la nouvelle".

Mais début février, "je constate que sur ma nouvelle carte, on a retiré 88,97 euros, ce qui équivaut à un transfert pour un paiement avec mon ancienne carte". Marc se rend compte, via son homebanking, que cette ancienne carte, pourtant signalée fin décembre, a été débitée "avec comme libellé 'FTP Rapid Gator', en Chine".

Marc ne comprend pas "comment on peut faire des transactions sur une carte qui a été bloquée ?"

Notre témoin est retourné dans son agence bpost, où on lui a dit de recommencer la procédure, qui comprend un dépôt de plainte à la police. Mais il refuse, estimant que ce n'est pas sa faute, que la carte a été signalée et bloquée, et que c'est à bpost et Mastercard de tirer leur plan... "Il va falloir montrer les dents pour avoir un résultat", craignait-il lorsque nous l'avons interrogé.

Que s'est-il passé ?

Par téléphone, Marc aurait appris auprès du service clientèle de Mastercard que "cela peut arriver que la personne qui détenait les coordonnées de votre ancienne carte avait encore un numéro d'autorisation pour faire une transaction". Une justification qui a étonné notre habitant de Wasmes.

Nous avons évoqué le problème de Marc auprès de nos contacts au sein de Mastercard et bpost. Bien que ces entreprises soient tenues au secret professionnel, nous avons pu apprendre que "si la carte n'est plus active, il est effectivement possible que des autorisations en attente aient été enregistrées plus tard", d'après bpost qui précise que "ce mécanisme n'est pas propre à la carte émise par bpost".

Mais nous apprenons une bonne nouvelle: "Lorsqu’il s’agit d’une utilisation frauduleuse, le détenteur de carte est entièrement remboursé. Ce qui est d’ores et déjà le cas du plaignant (Marc, notre témoin). Ce dernier ayant été remboursé le 28/03 après analyse du dossier", selon bpost, qui tient à préciser que "la carte bpaid a un taux de fraude très bas, bien meilleur que les exigences du marché".

Hélas, au moment de clôturer cet article, Marc constatait que... sa nouvelle carte était piratée à son tour.

 

 

Vos commentaires