En ce moment
 
 

RENTRÉE RATÉE à Schaerbeek: "Déjà 65 heures sans profs pour mon fils", dénonce une mère

RENTRÉE RATÉE à Schaerbeek:

Une habitante de Woluwe-Saint-Lambert s'inquiète face à l'absence de professeurs dans l'école de son fils qui n'a notamment pas de cours de néerlandais actuellement. Les effets de la réforme des titres et fonctions?

"RENTRÉE RATÉE", c'est l'appellation, volontairement excessive dans sa formulation, que RTL info a décidé d'attribuer à ces élèves dont les deux premiers mois de l'année scolaire ont été caractérisés par de nombreuses heures de cours annulées faute d'enseignant. Ce sont leurs parents qui nous ont signalé cette anormalité via le bouton orange Alertez-nous. Nous n'avions pas reçu ce genre de témoignages au cours des rentrées précédentes. Même si la fameuse réforme des titres et fonctions ne peut expliquer tous les cas que nous vous relayons ce mardi (notamment celui de Tubize), elle n'a certes pas aidé les directions d'école à trouver rapidement des personnes pour les postes vacants. Sollicitée par notre rédaction, la ministre nous a détaillé plusieurs mesures d'assouplissement de la réforme par la voix de son porte-parole.


Notre série RENTRÉE RATÉE

1. Florine, 2e secondaire à Chapelle-lez-Herlaimont (Hainaut): pas de prof de néerlandais, 6h à l'étude par semaine
2. Un garçon anonyme, 1e secondaire à Tubize: 5h de math en 6 semaines
3. Cet article - Le fils de Marie-France, 3e secondaire à Schaerbeek: plusieurs profs manquants, 65 heures d'étude
4. Sophie, 35 ans, prof de religion et de puériculture: diplôme insuffisant selon la Réforme, ne peut plus enseigner

3. RENTRÉE RATÉE à Schaerbeek: "Déjà 65 heures sans profs pour mon fils"

"Depuis le 12 septembre mon fils a eu plus de 65 heures de licenciement à l'école. Principalement par manque de professeurs. En effet, il y a pénurie de professeurs de langue donc, cette année pas de néerlandais jusqu'à présent, pas de prof de physique, ni de chimie, alors que l'option choisie par mon enfant est sciences appliquées. Sans compter les absences répétées des autres enseignants. Cela devient abusif", s'insurgeait Marie-France Nols, qui nous a contactés via le bouton orange Alertez-nous, le 17 octobre dernier.

Face à un manque "criant" de professeur à l'Institut communal technique Frans Fischer à Schaerbeek, Marie-France cherche désespérément une explication après avoir contacté l'école et la commune. Sébastien, son fils de 17 ans, inscrit en 3e secondaire en sciences appliquées, n'a en effet pas encore eu d'horaire complet depuis le début de l'année scolaire. 

"C’est abominable. Il y a des cours où, il n’y a pas de professeurs du tout. Sans compter les absences répétitives des enseignants titulaires", poursuit l'habitante de  Woluwe-Saint-Lambert. "Je me suis plainte à l’école et j’ai contacté un échevin de la commune qui m’a indiqué qu’effectivement, il y avait surtout une carence au niveau des professeurs de langue. La direction de l'établissement me dit que ça va s’arranger", ajoute-t-elle. "Mais en plus, pour les cours de physique et de chimie de mon fils, l'enseignant titulaire a eu un accident et est en congé  de maladie sans remplaçant."

Marie-France se remémore également un épisode de l'année scolaire précédente: "L’année passée, il n’y avait pas eu de professeur d’anglais de et pratiquement toute l’année. J’étais ensuite dans l’impossibilité de changer mon fils d’école vu le manque d'enseignants et de cours dispensés. Aucune école n’a voulu de mon fils vu ses résultats scolaire."

A un peu plus d'un mois des examens du mois de décembre, notre internaute s'inquiète de la situation actuelle.


Les effets de la réforme des titres et fonctions?

Pour en savoir davantage, nous avons contacté la direction de l'Institut communal technique Frans Fischer. "Dire qu'il n'y a pas de cours serait un peu exagéré mais, il nous manque effectivement 2-3 enseignants", déclare Gilbert Bas, le sous-directeur de l'établissement scolaire qui compte 140 enseignants.  

Les absences des professeurs seraient ainsi dues à plusieurs paramètres: "Il y a la réforme des titres et fonctions qui a joué un rôle dans le puzzle mais il y a aussi des enseignants qui doivent se faire opérer, d’autres qui partent en congé de maladie et il faut pouvoir les remplacer", indique Gilbert Bas. "On ne va donc pas tout mettre sur le dos de la réforme, ce serait un raccourci rapide."

Le sous directeur indique également qu'il n'a eu que deux parents d'élèves au téléphone à ce sujet: "Je vous parle surtout de début septembre. Maintenant, les choses se sont stabilisées. 65h sans cours pour cet élève? Cela me paraît erroné et exorbitant à ma connaissance."

Vos commentaires