En ce moment
 
 

Maxence, 10 ans, s'est blessé sur une attraction à Walibi et sa maman est en colère: "Le parc n'interviendra pas dans les frais"

Maxence, 10 ans, s'est blessé sur une attraction à Walibi et sa maman est en colère:
 
 

Le garçon a pris un coup au tendon d'Achille dans un kart à pédales. Même s'il s'est blessé sur une attraction, le parc d'attractions estime que sa responsabilité n'est pas engagée.

Le premier week-end des vacances de printemps, Sandra, Cédric et leurs deux enfants, Maxence et Emerick, profitent d’une journée au parc d'attractions de Walibi offerte par Proximus à ses clients. Quelques rayons de soleil, des températures agréables, des rires, un chouette moment de détente, tout se passe à merveille… jusqu’au dernier tour sur la nouvelle attraction du parc juste avant de partir. Maxence, 10 ans, se blesse alors qu’il est en train de faire des tours de kart à pédales. Son pied glisse, se coince dans l’avant du kart et la pédale vient taper et compresser son tendon d’Achille. "Nous sommes passés par l’infirmerie et là, on me fait remplir une déclaration d’accident où je note bien que mon fils s'est blessé sur l’attraction", nous écrit Sandra via notre bouton orange Alertez-nous.


"Le médecin a vu que le tendon d’Achille avait une bonne contusion"

La famille se rend ensuite à l’hôpital d’Ottignies pour faire ausculter Maxence qui se plaint d’une grosse douleur au pied et qui n’arrive plus à le poser par terre. "Le médecin a vu que le tendon d’Achille avait une bonne contusion. Il a dit que si ça n’allait pas, il fallait revenir. Comme il n’arrivait pas à mettre son pied par terre, il nous a dit de le laisser le plus possible en l’air, donc j’ai eu des béquilles à prêter. Il l’a mis sous certificat vu qu’il allait en stage et que c’était un stage où il y avait du sport, donc il n’a pas pu y aller", nous explique la maman.


Le courrier de Walibi

Les parents font compléter par le médecin les papiers d'assurance fournis par Walibi avant de les envoyer au parc d'attractions. Une semaine plus tard, ils reçoivent un courrier: Walibi n’interviendra pas dans le paiement des soins de Maxence. "Sur base de nos rapports internes, nous estimons que notre responsabilité n'est pas engagée dans cette affaire", leur écrit Jean-Christophe Parent, directeur général de la société.


"Encore une chance que je n’ai pas demandé l’ambulance"

"Je trouve inadmissible qu’ils n’interviennent pas, s'énerve la mère de famille. Ils nous font croire que et après on reçoit un courrier qui nous dit qu’ils ne prennent rien du tout en charge". Pour elle, c’est pourtant le parc qui est responsable de l’accident. Son fils avait l’âge et la taille requis pour aller dans l’attraction et Sandra et Cédric n’avaient pas la possibilité de l'accompagner puisqu’il s’agissait d’un kart à une seule place. Selon elle, c'est donc l'attraction qui pose problème. Et la maman se félicite d’avoir refusé l’ambulance proposée par le parc lors du passage de l’enfant à l’infirmerie: "Quand j’ai reçu la lettre vendredi, je me suis dit ‘Encore une chance que je n’ai pas demandé l’ambulance’, parce que ça aurait été à mes frais aussi et ça coûte très cher".


Nouveau verdict du médecin: le tendon d’Achille a été écrasé

Près d’un mois après l’accident, tout n’est toujours pas rentré dans l’ordre pour Maxence. Son enfant se plaignant encore de douleur, Sandra l’a, à nouveau, emmené chez le médecin et une échographie a montré un tendon d’Achille a été écrasé. Le pied doit encore rester au repos et Maxence doit suivre des séances de kiné. Plus de sport non plus depuis plusieurs semaines pour ce passionné d’escalade qui participait à des cours toutes les semaines.


Walibi explique sa procédure en cas d'accident

Du côté de Walibi, on nous explique qu’en cas d’accident, tout se passe toujours de la même façon. "Sur base des constats, une enquête interne est ouverte, le client en est informé. Si celui-ci n’est pas d’accord avec ce qui a été constaté en interne, le dossier passe d’office à l’assurance", détaille Marie-France Adnet, porte-parole du parc d’attractions. Mais après avoir reçu le premier refus de prise en charge de Walibi, Sandra les a recontactés et leur a fait part de son désaccord avec leur décision. Plusieurs semaines plus tard, elle déclare n'avoir toujours pas eu de nouvelles.




 

Vos commentaires