En ce moment
 
 

Maya la petite chienne, enlevée? Des chiffres qui font froid dans le dos…

Maya la petite chienne, enlevée? Des chiffres qui font froid dans le dos…
 
 

Si l'histoire de Catherine et Maya s'est bien terminée grâce à une "incroyable coïncidence", ce n'est pas le cas d'environ un chien sur 50 en Belgique. C'est en effet à ce rythme-là que disparaissent les meilleurs amis de l'homme dans notre pays. La rumeur les envoie en Europe de l'Est, mais "rien n’est démontré".

"Attention en laissant votre chiot dans votre jardin!", c’est avec ce cri du cœur que Catherine, une habitante de la région de Visé, a prévenu RTLinfo.be via notre page Alertez-nous. Contactée par notre rédaction, elle a expliqué la mésaventure qui est arrivée à sa petite chienne mardi dernier.

Vingt minutes sans surveillance ont suffi

"J’étais sur ma terrasse arrière en train de manger pendant que Maya, une petite Shih Tzu de 8 semaines que j’ai seulement depuis 15 jours, jouait dans le jardinet devant la maison." De là, Catherine ne pouvait voir la chienne, mais elle n’avait jamais pensé qu’il pouvait lui arriver malheur. "Il y a un muret et une barrière" qui sépare l’endroit de la rue, de sorte que Maya ne pouvait sortir de la propriété. Mais ce que Catherine n’avait pas prévu, c’est que des hommes, eux, pouvaient y rentrer facilement par-dessus le muret. "Je l’ai laissée sans surveillance une vingtaine de minutes et quand je suis retournée la voir, Maya était introuvable." Il était environ 18h, il faisait jour, et elle devait se rendre à l’évidence: "On me l’avait volée."

Certainement droguée... par les ferrailleurs?

Après avoir parcouru le quartier en voiture, elle a alerté ses voisins. L’une d’elles, policière, a fait le rapprochement: "Elle avait entendu le "marchand de vieux fers" passer. Elle les a retrouvés et leur a dit que si c’étaient eux qui avaient volé Maya, ils avaient intérêt à la ramener là où ils l’avaient prises." Et "comme par hasard", alors qu’elle s’apprêtait à aller porter plainte contre X, "j'ai vu réapparaitre mon petit chien dans le jardin. Mais il avait une odeur de vieille couverture moisie, de vieux linge sale… et était très anormalement calme." Pour Catherine, soit c’est une "incroyable coïncidence", soit les ferrailleurs avaient bien enlevé son chien. En effet, ce serait une pratique fréquente en Belgique. "Apparemment, des ferrailleurs venus de Roumanie ou ailleurs en Europe de l’Est volent des chiens de race. Ils les droguent et les amènent dans leur pays pour en faire de l’élevage" dans des conditions épouvantables.

Attention: un chien sur 50 disparait en Belgique

"Je veux mettre les gens en garde", déclare Catherine. "Si vous achetez un chiot, ne le laissez pas dans votre jardin sans surveillance. Il ne se sauve pas, on vient vous le voler!" Un fait avéré. Selon les derniers chiffres de l’Association belge d'identification et d'enregistrement canin (ABIEC), 4474 chiens ont été volés ou perdus entre le 1er janvier 2013 et la mi-juillet 2014. La "véritable explosion" dénoncée en 2012 par la police -environ 2424 chiens disparus contre environ 612 en 2011- est donc toujours d’actualité. 4474 chiens disparus sur les 230.687 enregistrés sur la même période, cela représente tout de même plus d’un chien sur 50!

Pas tous volés: il y a les... divorcés qui se déchirent sur la garde du chien!

Pour le Dr Bernard Flasse, vétérinaire représentant l’Association, il faut cependant préciser que tous ces chiens perdus ne sont pas volés. "Un certain nombre de chiens retrouvent leur propriétaire mais ce dernier ne le mentionne pas toujours. Dans ces statistiques se retrouvent aussi les chiens "témoins indirects" des séparations au sein d’un couple: une personne signale un changement de propriétaire puis l’ex-conjoint, lui, signale un vol…"

La rumeur: ils finissent dans des élevages ou des laboratoires de pays mois soucieux du bien-être animal

"Il est très difficile de savoir exactement qui vole ces chiens", tempère de son côté Fabrice Renard, inspecteur à la Société Royale Protectrice des Animaux (SRPA) de Liège. "La rumeur dit que les animaux qui disparaissent finissent dans des élevages à l’étranger ou des élevages clandestins, mais rien n’est démontré. D’autres disent que les chiens finiraient dans des laboratoires à l’étranger vu que cela est rendu impossible en Belgique avec les contrôles réalisé par le SPW Bien-être des animaux et nos lois. Les laboratoires eux se seraient alors déplacés vers des lieux où la législation envers les animaux ne serait pas évoluée. Mais à nouveau, c’est difficilement démontrable." Pas question donc d’attribuer la disparition de Maya à une présumée filière roumaine ou de l’est.

L'Europe pourrait apporter une solution

Comment endiguer le phénomène? "Je crois que le plus important est de faire identifier son animal et d’arriver à avoir une banque de données pour les identifications qui serait européenne". A l’heure actuelle, "il n’y a pas de fichier d’enregistrement obligatoire européen, cela facilite le trafic international."



 

Vos commentaires