En ce moment
 
 

Près de 16.000€ récoltés pour les sinistrés sur pigeonsbay.be: ils aideront les amateurs colombophiles

Près de 16.000€ récoltés pour les sinistrés sur pigeonsbay.be: ils aideront les amateurs colombophiles
 
 

"Nous avons organisé une vente sur internet de pigeons voyageurs pour les victimes des inondations et nous avons récolté 16000€ que nous allons donner", nous a écrit Paul Benois (photo), un colombophile originaire de Bruxelles mais habitant Frasnes-lez-Buissenal, via notre bouton orange Alertez-nous.

C’est "Claire Gourdin, une petite Française, qui a eu l’idée", nous explique Paul. Celle-ci a d’ailleurs tenu à remercier tous les participants dans ce message publié sur Facebook.

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'facebook' pour afficher ce contenu.

Quand on sait qu’un pigeon voyageur belge s’est vendu aux enchères l’an dernier à 1,6 million, le potentiel d’une telle vente de charité était indéniable. Et les 15.235€ précisément récoltés sur le site de vente aux enchères spécialisé pigeonsbay.be (il en existe bien d’autres comme Pigeon ParadiseHerbots ou encore pbay.be) en témoignent : il s’agissait d’une riche idée pour laquelle Paul remercie le site. "En fait, les ventes se font surtout en hiver. Mais pigeonsbay.be a ouvert spécialement pour nous."

Le plus gros prix: un couple d'oeufs pour 850€

Restait à mobiliser la communauté. "J’ai pas mal de relations et j’ai su avoir quelques champions", donc des personnes ayant gagné des compétitions avec leurs pigeons, se félicite Paul. La vente s’est déroulée pendant 15 jours et une centaine de personnes y ont mis en vente des pigeons, des œufs et des bons pour des pigeonneaux à naitre en 2022. "Ce qui est parti pour le plus cher a été un couple d’œufs : 850€", explique encore Paul Benois.

Les près de 16.000€ récoltés seront reversés, via la Royale Fédération Colombophile Belge (RFCB), aux sinistrés faisant partie du monde de la colombophilie. Car certains ont tout perdu, nous confirme Didier Tison, le porte-parole de la RFCB. "Un débutant a vu tous ses pigeons noyés. L’eau est montée jusqu’au plafond du pigeonnier. On en a dans toutes les provinces touchées."

L'argent sera reversé aux sinistrés en fonction de leurs besoins

Avant la vente aux enchères de Paul et Claire, la Fédération avait déjà ouvert un compte pour des dons. Ils ont récolté plus de 8.000€. Désormais, il faut déterminer à qui donner quoi. "Nous avons des mandataires dans les zones sinistrées. Ils ont pris contact avec les amateurs colombophiles qui ont eu des dégâts. L’argent va être redistribué en fonction de leurs relevés. Pour l’un ce seront des pigeons, pour l’autre un pigeonnier, ça dépendra des besoins des gens. Le but est qu’ils puissent retrouver leur passion", détaille le porte-parole.

Une réunion aura lieu lundi prochain à ce sujet, mais l'argent ne sera pas débloqué rapidement. En cause : la difficulté d'établir une clé de répartition juste, et les besoins qui ne sont pas encore connus pour certains sinistrés les plus touchés qui ont d’autres priorités en ce moment.

Des milliers de colombophiles en Belgique

De quoi aider des dizaines, voire des centaines de personnes. La fédération belge compte en effet pas moins de 16.000 colombophiles, 12.000 en Flandre et 4.000 en Wallonie, nous explique Paul Benois, colombophile de père en fils. "Je suis passionné comme mon grand-père, mon père et mon frère. On est tombé dedans petits. J’ai 54 ans et ma fille de bientôt 12 ans vient m’aider."

Une passion qui peut rapporter pour les meilleurs, mais qui coûte de l’argent aux autres. "Je joue avec mes pigeons", détaille-t-il. Jouer étant le mot juste, au propre comme au figuré. Il y a d’abord de jeu en tant que tel : des pigeons sont envoyés par camion en France ou dans le nord de l’Espagne, en fonction de la distance sur laquelle ils concourent (de 300 km à plus de 1000 km). Ils y sont lâchés simultanément et le premier rentré chez lui dans son pigeonnier a gagné (avec une pondération en fonction de la distance qui sépare chaque pigeonnier).

Un hobby qui peut exceptionnellement rapporter gros

Gagné quoi ? C’est là que le mot jeu prend son autre sens. Car en réalité, il s’agit de parier. "Il y a une mise en jeu comme au tiercé, et vous pouvez parier sur vos pigeons et seulement sur les vôtres. Si vos pigeons gagnent, ça peut rapporter", explique-t-il. Mais "les petits amateurs comme nous, on ne mise pas trop".

Pas de quoi devenir millionnaire comme le propriétaire du pigeon vendu 1,6 million ? Pour la plupart des colombophiles, non. Mais le jeu réside là-dedans aussi : si votre pigeon "fait un premier prix national, les gros sites comme Pipa et Herbots vous téléphonent pour acheter votre pigeon dans les 30.000 à 100.000€. Ce sont souvent des Chinois qui les achètent pour les mettre à la reproduction", explique encore Paul.

Un rapide tour sur ces sites d’enchères permet de se rendre compte qu’on y achète surtout un pédigrée, une lignée de champion, dans le but de les faire se reproduire et de concourir avec leurs descendants. De plus, même si l’acheteur veut faire voler son pigeon, non seulement il ne reviendra pas au bon endroit, puisqu’il est habitué à un pigeonnier bien précis, mais cela représenterait un risque financier démentiel : "S’ils achètent un pigeon à 1,6 million, c’est pas pour le lâcher !", résume-t-il.


 




 

Vos commentaires