En ce moment
 
 

Romuald affirme n'avoir pas pu payer toutes ses courses alimentaires chez Aldi avec ses chèques-repas: un bug avec le nouveau logiciel?

Romuald affirme n'avoir pas pu payer toutes ses courses alimentaires chez Aldi avec ses chèques-repas: un bug avec le nouveau logiciel?
 
 

Depuis le 1er septembre, tous les magasins sont tenus de mettre à jour leur logiciel de caisse afin qu'il fasse automatiquement la différence entre les denrées alimentaires et le reste. Afin que les chèques repas ne servent qu'à payer des repas. Mais il pourrait y avoir un bug…

La Belgique aime se compliquer la vie: pour donner plus de "net" à ses employés, tout en évitant les lourdes charges qui pèsent sur le salaire "brut", un patron peut leur offrir une voiture de société, des éco-chèques, un abonnement internet, etc.

Le plus connu de ces avantages dits "toute nature" (qui sont tout de même finalement plus ou moins taxés sur la fiche de paie), c'est bien évidemment le chèque repas. Devenu depuis quelques années une carte à puce sur laquelle un montant est versé chaque mois (ça dépend de la générosité de votre employeur, maximum 8€ par jour de travail), le chèque repas est sous surveillance.

Effectivement, certaines enseignes acceptaient que les clients paient, à l'aide de la 'carte chèque repas', l'ensemble des courses, donc mêmes les éventuels produits non alimentaires de la liste (comme le savon, les produits d'entretien, etc.).

Tous les acteurs du secteur se sont mis d'accord pour mettre à jour les logiciels de paiement à la caisse, afin qu'une distinction automatique soit faite dans tous les magasins (certains le faisaient déjà, d'autres pas). Et depuis le 1er septembre, cette distinction est obligatoire.

Romuald: "Quelle arnaque!"

Mais d'après Romuald, qui a contacté la rédaction de RTL INFO via le bouton orange Alertez-nous, dans son magasin Aldi, ça va trop loin. "Sur 98,85€, ils ne prennent que 26,30€ en chèque repas avec la caisse intelligente. Quelle arnaque !", nous a-t-il écrit. Il a donc du payer le reste avec sa carte de banque.

Il nous l'affirme, ticket de caisse à l'appui, qu'il ne s'agissait "que de denrées alimentaires", et que son solde était suffisant :

Romuald était dès lors "très surpris" au moment de payer. "La caissière nous a dit qu'il y avait un changement: avant elle pouvait accepter tous les chèques repas, mais maintenant c'est l'ordinateur qui décide, et certains articles ne passent pas". Vu qu'il n'y avait que des aliments et des boissons, la caissière "ne comprenait pas", mais disait qu'elle "ne pouvait rien y faire".

Notre témoin habite Lens (Hainaut), et s'était rendu dans l'Aldi du village. "On avait nos habitudes, mais j'ai dit à ma femme de ne plus aller là pour l'instant. On ira où nos chèques repas sont acceptés, au Match ou au Delhaize".

Que dit Aldi ?

Nous avons contacté la filiale belge du géant allemand de la distribution. Elle ne s'est pas montrée très loquace par rapport au problème que nous lui avons soumis.

"Conformément aux obligations légales, les clients de ALDI peuvent utiliser les chèques repas pour acheter des produits alimentaires. Le logiciel de nos systèmes de caisse a été adapté de manière à ce que nos systèmes fassent la distinction entre les articles qui peuvent être achetés avec des chèques-repas et ceux qui ne peuvent pas", s'est contenté de dire le responsable de la communication.

La piste du bug est donc privilégiée. Dès qu'on modifie ou met à jour des logiciels, on sait qu'on risque des problèmes, et c'est sans doute le cas.




 

Vos commentaires