En ce moment
 

Chien attaché sous le soleil pendant des heures à Jette: le restaurant social annonce que "des dispositions seront prises"

Chien attaché sous le soleil pendant des heures à Jette: le restaurant social annonce que

Vanessa est horrifiée et nous l'a fait savoir via le bouton orange Alertez-nous. Tous les jours, c'est la même image. Celle d'un chien noir attaché par la laisse en plein soleil toute la journée devant un restaurant social à Jette. "Plusieurs personnes ont fait remarquer à la propriétaire du chien qu'il faisait beaucoup trop chaud pour l'animal et qu'il valait mieux le rentrer. Mais elle dit qu'elle s'en fout!" Face à cette situation, le restaurant social s'engage à agir pour permettre aux animaux de compagnie de ne pas rester dehors par temps chaud ou froid.

La propriétaire du chien, allocataire sociale, mange régulièrement dans l'établissement. Mais il est interdit d'y faire entrer des chiens. "Heureusement, le personnel du restaurant est très attentif, sort des bols d'eau et tente de faire de l'ombre pour l'animal", se réjouit Sophie, une habitante de la commune également témoin du calvaire du petit animal, et bien décidée à lui offrir des conditions plus fraîches. "Cette dame n'a clairement pas toutes ses frites dans le même sachet. On sait quand même bien que par ces chaleurs, les pattes vont brûler au sol. Le chien risque un coup de chaud et de mourir."

Pour éviter que cela n'arrive, de nombreux riverains ont alerté différentes associations. "GAIA, Veeweyde (la Société Protectrice des Animaux à Bruxelles, ndlr) et la protection des animaux pour la Région de Bruxelles, ainsi que d'autres organismes. Mais pour le moment ils ne se déplacent pas. Nous sommes nombreux à vouloir agir, mais la loi nous empêche de faire beaucoup de choses. Mais il faut que ce petit chien soit traité comme il se doit", précise Vanessa.


Veeweyde va suivre la procédure légale

La brigade canine de la police est par contre venue. "Ils ont expliqué à la dame que même eux ne sortaient pas leur chien par un temps pareil. Mais elle ne veut rien entendre. Ces policiers nous ont assurés qu'ils tiendraient l'affaire à l'œil", développe Sophie.

Et ils ne sont pas seuls sur le coup: Veeweyde a entamé des démarches. "Notre service d'inspection va se rendre sur place et discuter avec la propriétaire de l'animal", nous explique une membre de l'association. Il s'agit là de la procédure habituelle. "Trois jours plus tard, nous retournerons voir si quelque chose a changé. Si ce n'est pas le cas, alors nous contactons la police pour faire constater l'infraction au code du bien-être animal. Si les policiers saisissent la bête, elle est placée chez nous, non-adoptable, jusqu'à une décision de justice."


Le restaurant social annonce qu'il va prendre des mesures

Si elle est remontée contre la propriétaire de l'animal, Sophie ne comprend pas non plus l'attitude de la commune. "C'est le CPAS qui gère ce restaurant social. Il y a quand même toute une problématique là-derrière. Souvent les plus démuni sont accompagnés d'un chien. Pourquoi ne pas prévoir des petites structures devant les restaurants pour qu'ils puissent attendre leurs maîtres à l'abri?"

Sauf que ce n'est ni le CPAS ni la commune qui gèrent le restaurant social. Il s'agit d'une ASBL indépendante. Son responsable, Nicolas Schkoda: "Ni la commune de Jette, ni son Centre Public d’Action Sociale ne sont impliqués en quoi que ce soit", explique-t-il. "Pour des raisons d’hygiènes évidentes, pour des raisons d’infrastructures ainsi que, plus généralement, du fait que notre projet pédagogique se consacre uniquement à l’humain (...), nous ne pouvons accueillir nos amies les bêtes. Quoi qu’il en soit, nous reconnaissons l’entière responsabilité dans le fait d’accueillir la personne laissant son compagnon canin à l’extérieur et, en ça, de ne pas faire le nécessaire pour l’animal. Des dispositions seront désormais prises afin de pallier à cette regrettable situation bien que nous ne puissions prendre en charge la domestication de l’animal. De fait, il n’est pas normal que des animaux ou des êtres humains aient à endurer la dureté du bitume, qu’il fasse extrêmement chaud comme actuellement, ou qu’il fasse extrêmement froid", annonce-t-on.

En attendant une réaction de la police ou d'une association, un petit groupe de riverains va chaque midi devant le restaurant afin de voir si le chien y est. Espérant au passage le mettre au frais et faire entendre raison à sa propriétaire.

Vos commentaires