En ce moment
 
 

Un concessionnaire VW lui demande 6.750 euros pour réparer sa Golf: Christophe la répare en 45 minutes

Christophe est écoeuré. Il a acheté une VW Golf d'occasion fin 2012. Début 2014, impossible de la démarrer. Après diagnostic chez un concessionnaire VW, le verdict tombe: plus de 6.000 euros pour la réparer, alors que le problème dont il a été victime serait une avarie "bien connue". Finalement, avec l'aide de son frère, il a réussi à la remettre en état de marche... en 45 minutes.

"J'ai acheté mon véhicule d'occasion fin 2012. Il avait 47.160 km. Ce dimanche matin, plus moyen de le démarrer. Après diagnostic du garage, il me réclame la somme de 6.750 euros pour la réparation ! Un prix tout simplement hallucinant pour une voiture qui n’a que 3 ans", nous a confié Christophe via notre page Alertez-nous. "Ils m'ont dit que c'est la pompe à injection qui a envoyé de la limaille dans tout le moteur. Pas de chance, la garantie de ma voiture avait expiré depuis un mois", a-t-il ajouté.

"C'est bien connu. Chez D'Ieteren, ils ont d'ailleurs une note technique interne"

Face à cette tuile, Christophe a entrepris quelques recherches. Et petit-à-petit, il trouve des réponses à ses questions. D'abord sur des forums, puis chez des garagistes indépendants. La pompe d'injection, de marque Delphi, aurait une fâcheuse tendance à générer de la limaille de fer, qui se propage alors dans tout le circuit de carburant. Résultat: tout est grippé. La pompe, mais aussi la rampe d'injection et les injecteurs.

"Ca arrive assez souvent, on a déjà eu plusieurs cas. Je sais que le constructeur rejette souvent la faute sur un carburant de mauvaise qualité. Mais j'ai du mal à y croire au vu du nombre de cas. A mon avis, c'est plus un problème de conception", nous a confié un garagiste indépendant. Un de ses confrères est allé plus loin, affirmant que l'avarie était bien connue. "Ce problème concerne les moteurs 1.6 TDi de 90 cv. La segmentation des galets s'use très vite et envoie de la limaille dans tout le système. Je connais des personnes qui travaillent dans le réseau D'Ieteren, et chez eux, c'est bien connu. D'ailleurs ils ont eu une note technique interne", nous a confié ce garagiste.

Des moteurs Renault aussi concernés

Les moteurs 1.6 TDi Volkswagen ne seraient d'ailleurs pas les seuls touchés. Les blocs 1.5 dCi Renault ont aussi souffert de ce mal qui se déclenche aux alentours des 100.000 km, voire avant. Le constructeur français y a alors remédié et a tenté de proposer une solution favorable à ses clients. "Lorsque nous avons constaté ce phénomène de limailles avec certaines pompes Delphi, nos incidentologues ont remonté au plus vite l’information vers les concepteurs. A partir d'octobre 2007, une partie interne de la pompe a été modifiée et traitée avec DLC (Diamond like Carbon), afin que la surface ne produise plus de limailles. Etant donné que les véhicules ne sont plus couverts par la garantie contractuelle, les cas sont traités au cas par cas au Service Relation Clientèle de Renault Belgique Luxembourg. A l’époque, certains clients disposaient aussi d’une extension de garantie. Pour eux, les réparations étaient à 100% couvertes", nous a indiqué Régine Bartholomé, responsable presse de Renault Belgique. Concernant D'Ieteren, nous n'avons jamais eu de réponse sur la façon dont le constructeur prenait en charge les clients victimes de la défaillance de ces pompes à injection.

VW propose... 2.000 euros de réduction sur un véhicule neuf

Etant donné que la défaillance était "connue" et résultait d'un vice au niveau de la pompe à injection, Christophe s'attendait à une prise en charge des frais. Mais VW D'Ieteren a uniquement mis en avant le fait que son véhicule ne se trouvait plus sous garantie. "Je suis stupéfait que vous ignoriez ce problème. Il ne s’agit plus de garantie de construction mais bien d’un vice de fabrication et d’usure anormale dans un cours délai. C’est donc à vous de prendre vos responsabilités, ce qui veut dire une prise en charge totale du véhicule", a répondu Christophe.

Mais rien n'y fait, les frais sont à sa charge. Le seul geste commercial qui lui a été proposé, c'est une réduction de 2.000 euros à l'achat d'un véhicule neuf dans le garage où a été remorquée sa voiture hors d'état de fonctionnement.

"On a purgé, ça nous a pris 45 minutes"

Une proposition "hallucinante" pour Christophe, qui a préféré aller chercher sa voiture pour tenter le tout pour le tout avec son frère. "Il s'y connait un peu mieux en mécanique que moi. On a démonté le filtre à mazout, et il n'y avait aucune trace de limailles. On a retiré deux durites, celle de la pompe et celle de la rampe commune, et on a vu que le carburant n'arrivait pas. Il y avait de l'air dans le système d'injection. On a purgé, ça nous a pris 45 minutes en tout, et depuis la voiture fonctionne parfaitement. Depuis lors j'ai parcouru 1.000 kilomètres, et elle tourne sans aucun souci", a-t-il conclu.

Malgré ce dénouement inespéré il y a quelques jours encore, Christophe garde la dent dure et n'a pas apprécié la façon dont il a été traité par le  "service clientèle" de Volkswagen. "Soit ma voiture est en sursis, il y a bien une avarie technique et ils ne prennent pas leurs responsabilités. Soit le concessionnaire a fait un mauvais diagnostic qui m'a coûté 133 euros et qui m'aurait coûté 6750 euros si je les avais écoutés. Je leur ai demandé de me rembourser le prix du diagnostic vu qu'il ne semble pas correct. Mais pour l'heure, je n'ai aucune réponse..."

Arnaud Vankerckhove (@arnaudrtlinfo)

Vos commentaires