Une altercation entre élèves a eu lieu dans un parc d'aventure à Durbuy : "Mon fils de 8 ans est choqué"

Une altercation entre élèves a eu lieu dans un parc d'aventure à Durbuy :

S'il nous a été difficile d'obtenir des informations précises, il est néanmoins avéré que la police est intervenue dans l'Adventure Valley de Durbuy suite à un "incident" entre deux écoles. Il n'y aurait cependant pas eu le moindre coup, ni la moindre blessure.

Le parc Adventure Valley (anciennement connu sous le nom 'Durbuy Adventure') a été le théâtre d'un incident en début de semaine, plus précisément lundi après-midi. C'est un parent d'élève qui nous a contactés via le bouton orange Alertez-nous pour nous prévenir. Pour ne pas causer d'ennui à son enfant, il témoigne anonymement.

"Des enfants de l’école de Petithan de 1e, 2e et 3e primaire ont été agressés par des adolescents (entre 16 et 18 ans d’après les dires), dans le parc Adventure Valley", nous a-t-il écrit. D'après lui et ce qu'il a entendu de la part des enfants, "plusieurs, dont mon fils de 8 ans, sont très choqués car certains ont été mis à terre et roués de coups". Les parents de cet enfant ont été à la police pour porter plainte, mais "ils n'ont pas voulu prendre la déposition car mon fils n'avait pas de marque".

Un autre témoignage nous est parvenu via Facebook. Il corrobore les faits de notre premier témoin. "Bonjour, je suis là maman d'un des enfants de Petithan brutalisé par ces adolescents venant d'une école de la région de Gand. J'ai eu l'occasion de rencontrer les forces de l'ordre dès que nous avons été mis au courant de ce qui c'était passé durant l'excursion. Les agents de police qui se sont rendu sur place ont été très compréhensifs et ont bien pris les choses en mains. Ils m'ont certifié que c'était leur travail de prendre les plaintes même pour ce genre d'événements. Évidemment le bureau de police de Durbuy était sur le point de fermer. Alors nous avions la possibilité de nous rendre soit à Marche lundi soir, soit à Durbuy mardi. Ce que j'ai fait. Et notre plainte à été prise sans aucune difficulté. Le policier qui nous a reçu nous a également gentiment proposer de donner nos coordonnées à l'AS de la police qui peut prendre en charge les traumatismes psychologiques que nos enfants ont subi. Pour ce qui est de la suite des plaintes, les policiers attendent d'avoir reçu d'autres témoignages. A 10h ce (mardi) matin nous étions les seuls parents à s'être présenter au commissariat. Pour ce concerne ces élèves de Gand, ils étaient en sortie scolaire à Adventure Valley jusqu'à mercredi. Mais ont été immédiatement reconduits à la gare et renvoyés chez eux!"

Des zones d'ombre

L'incident aurait eu lieu sur une attraction "composée d'un grand filet". La situation aurait dégénéré avec un autre groupe de jeunes. Selon nos informations, 5 adolescents s'en sont pris à des enfants de primaire. 3 enfants ont été malmenés.

Il nous a été difficile de recouper les faits. La directrice de l'école n'a pas souhaité faire le moindre commentaire, expliquant qu'elle allait "régler ça en interne". La zone de police Famenne-Ardenne n'a pas trouvé de trace d'une intervention dans le parc. Quant au poste de police de Durbuy, qui s'est probablement rendu sur place, il n'y a aucun interlocuteur habilité à parler à la presse…

Le parc confirme

Seule une responsable de la communication du parc a répondu timidement à nos questions, préférant réagir à des déclarations que d'expliquer ce qu'il s'est réellement passé. "Oui, il y a eu un incident entre deux écoles, mais la situation a toujours été sous contrôle", nous a-t-elle expliqué.

Elle a insisté sur le fait que "aucun coup n'a été donné, aucune blessure n'a été constatée". Toujours d'après le parc, "il ne s'agissait pas d'adolescents étrangers mais d'une autre école". Par ailleurs, le parc nous a confirmé que "la police de Durbuy" est effectivement intervenue.

La bourgmestre de Durbuy, quant à lui, a démenti les propos relayés par SudPresse ce mercredi matin. Il nous a expliqué, à demi-mot, qu'il y avait eu des blessés, mais que les circonstances étaient encore floues. Il ne souhaite pas s'exprimer davantage...

Vos commentaires