En ce moment
 

Un problème informatique empêche l'immatriculation de toute nouvelle voiture depuis le 1er septembre: "Je pète un câble"

Un problème informatique empêche l'immatriculation de toute nouvelle voiture depuis le 1er septembre:

Le secteur de l'automobile redoutait le passage aux nouvelles procédures d'essai mondiale pour chiffrer la consommation et le rejet de CO2 des voitures. Immatriculer une voiture disposant des anciens certificats n'est plus possible depuis le 1er septembre. Mais à cause de soucis informatiques, ce sont toutes les voitures neuves qui sont impactées. Résultat, aucune plaque pour un véhicule neuf n'a été délivré depuis le 1er septembre. Clients et concessionnaires rongent leur frein. La DIV (Direction immatriculation des véhicules) promet une solution rapide.

Une nouvelle réglementation européenne relative aux émissions de CO2 pour les voitures, appelée "WLTP" (Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures, ou procédure d'essai mondiale harmonisée pour les voitures particulières et véhicules utilitaires légers), est entrée en vigueur le 1er septembre. Suite à cela, des problèmes se posent pour l'immatriculation de véhicules neufs en Belgique, qui doivent désormais respecter de nouvelles normes d'émissions.

Le hic, c'est qu'au niveau informatique, il y a quelques éléments qui coincent. Résultat: aucune nouvelle voiture neuve n'a encore pu être immatriculée dans le pays depuis lundi passé, soit le 3 septembre. "C'est à devenir fou. Ma voiture est là, au garage, mais je ne peux pas la faire immatriculer. Donc depuis ce dimanche je suis à pied vu que je n'ai plus mon ancien véhicule. Je pète un câble", nous indique Michael, impatient de mettre sa nouvelle voiture en service. "Je passe des coups de fil un peu partout. Au concessionnaire, à la DIV, mais personne ne répond, personne ne sait rien. C'est un bordel pas possible", ajoute-t-il.


"C'est un peu gênant"

Sur base des témoignages reçus ce lundi matin, nous avons contacté la DIV pour avoir de plus amples explications. "Oui, il y a un petit problème à cause de la nouvelle législation européenne. En fait, il faut des données supplémentaires pour pouvoir enregistrer un véhicule, et il y a quelques éléments qui coincent au niveau informatique", précise le porte-parole du SPF Mobilité.

Cela étant, les soucis ne devraient pas s'éterniser. C'est même peut-être une question d'heures. "C'est un peu gênant pour les gens maintenant, mais cela ne va pas créer de gros délais supplémentaires. Ici on espère d'ailleurs que ce sera encore réglé dans la journée", confie-t-il.


Des tests plus réalistes

Les nouvelles normes de consommation WLTP remplacent le cycle NEDC (New European Driving Cycle) suite, entre autres, au Dieselgate. La consommation des véhicules ainsi que leurs émissions de CO2 seront ainsi calculées différemment pour plus de transparence, et surtout avec des tests adaptés aux nouveaux types de moteurs, comme les hybrides par exemple. L'objectif étant d'être plus réaliste et en phase avec la réalité, ce qui n'était plus vraiment le cas des chiffres avancés par les constructeurs.

Par ailleurs, si le souci d'immatriculation des nouvelles voitures aux normes WLTP devrait être résolu rapidement, il y a toujours le problème des voitures neuves qui disposent dans l'ancien certificat NECD. Les propriétaires ou garagistes qui en disposaient encore étaient invités à les faire immatriculer avant le 1er septembre. Traxio réclame d'urgence que le SPF Mobilité élabore une solution pratique réaliste en concertation avec le secteur.

Vos commentaires