En ce moment
 

Une personne force violemment le passage devant Philippe en profitant du système de la tirette à Charleroi (vidéo)

  • Un automobiliste force le passage de façon dangereuse

  • La semaine internationale de la courtoisie au volant démarre ce lundi

 

Le système de la tirette, qui impose d'alterner le passage d'une bande à l'autre des véhicules en cas de rétrécissement des voies de circulation qui provoque un ralentissement, est obligatoire sur nos routes depuis le 1er mars 2014. Les plus courtois et intelligents des automobilistes n'auront pas attendu cette date pour appliquer la méthode, mais le fait qu'elle soit inscrite dans le code de la route expose tout contrevenant à une amende de 50 euros.

Mais qui dit modification du code de la route dit aussi adaptation des différents acteurs, et cela ouvre la porte à certaines interprétations qui méritent quelques clarifications, comme nous l'avions déjà fait la semaine passée via la témoignage de Florent (Florent dénonce le comportement de certains automobilistes qui profitent du système de la tirette).

Un témoignage auquel Philippe a réagi un nous transmettant une vidéo filmée à l'aide de sa dashcam sur le périphérique de Charleroi. "J’ai laissé passer une voiture comme le code de la route le prévoit. Ensuite une voiture a surgi et elle est passée de force. Sans un coup de volant, le crash était assuré. En cas d'accident dans ce cas de figure, qui est en tort ?", s'interroge-t-il.

Pour rappel, le système de la tirette est "obligatoire" en cas de rétrécissement des voies qui provoque un ralentissement. Cela signifie donc qu'une voiture doit laisser passer une autre voiture, et le passage se fait en ordre alterné. Dans le cas de Philippe, on peut en conclure que, en cas d'accident, la personne qui a forcé le passage serait en tort. En effet, notre témoin a le devoir de laisser passer un véhicule, pas deux.


Comment le prouver ?

En cas d'accident, comment prouver que la personne avec qui il y a eu accrochage a forcé le passage sans respecter le système de la tirette, vu qu'elle était la deuxième voiture à s'intercaler devant Philippe ?

"Dans un tel cas de figure, on conseille bien évidemment à la personne impliquée dans l'accident d'avoir un ou plusieurs témoins qui pourront confirmer que l'accident a eu lieu dans une zone de ralentissement, et que la règle de la tirette devait être appliquée. Donc une voiture, puis une autre de l'autre bande. Pas deux ! Le mieux étant, évidemment, d'avoir une dashcam pour prouver les faits, mais ça c'est un peu le cas pour tous les accidents", a indiqué Benoît Godart.

@ArnaudRTLinfo

Vos commentaires