En ce moment
 

Une personne infectée par la tuberculose à la Tour des Finances de Bruxelles en mai dernier: le rush des déclarations fiscales en cause?

Une personne infectée par la tuberculose à la Tour des Finances de Bruxelles en mai dernier: le rush des déclarations fiscales en cause?

En mai dernier, une employée de la Tour des Finances a été infectée par la tuberculose, une maladie infectieuse. Des mesures ont été rapidement prises au sein du bâtiment. En revanche, la communication envers les employés a été plus confuse provoquant l'anxiété de certains membres du personnel.

"Devons-nous prendre à la légère une maladie grave et facilement transmissible au point de ne pas informer l'ensemble du personnel de la Tour des Finances pour éviter un mouvement de panique?" La question nous a été soumise via le bouton orange Alertez-nous. La maladie évoquée, c’est la tuberculose. Nous avons pris contact avec le SPF (Service Public Fédéral) Finances. "Il y a eu 1 cas diagnostiqué en mai et communiqué au service des ressources humaines dès le mois de juin. Tous les collègues directs, environ 40 personnes, ont été testés" confirme la porte-parole, Florence Angelici.


Rumeur et panique

Dans un premier temps, le service des ressources humaines (RH) n’a pas souhaité communiquer aux employés de la Tour sur cet événement. Raison invoquée: ne pas créer de "panique inutile". Mais durant l’été, la crainte et l’inquiétude ont fini par gagner du terrain au sein du personnel de la Finto. Le service RH a fini par adresser un courrier aux chefs de service à la rentrée. "Tous les chefs de service de la Finto ont reçu un mail avec plus d’explications et quoi faire en cas d’inquiétude. Deux sessions d’infos pour les collègues directs ont été organisées et une nouvelle rubrique de l’intranet sur les réflexes à avoir en cas de suspicion de maladie sur le lieu de travail a été mise en ligne", détaille Florence Angelici.

Quant au choix de ne pas en parler aux employés, le courrier adressé à la rentrée aux chefs de service est clair: "Nous avons délibérément choisi de ne pas communiquer à ce sujet afin d'éviter toute panique inutile, mais nous sommes conscients que l'anxiété parmi le personnel de la Finto a augmenté entre-temps". Le courrier poursuit: "Si un employé de votre équipe veut plus d'informations, il peut s'adresser en premier lieu à son médecin généraliste. Pour le remboursement des coûts liés à cette consultation, les employés peuvent contacter le service du personnel."


L'afflux de personnes lors du mois de mai en cause ?

C'est cette gestion des événements qui est pointée du doigt pas notre alerteur en début d’article. Durant l'été, "la rumeur est allée bon train", nous confirme un membre du SLPF Finances (Syndicat Libre de la Fonction Publique). Il nous apporte un peu plus de précisions sur la personne touchée par la tuberculose. "Elle travaille au bureau d’accueil de la Tour des Finances. Elle aurait contracté la maladie durant le mois de mai lorsque des milliers de personnes se rendent au sein de la Finto pour compléter leur déclaration fiscale. Elle s’est sentie mal et en a parlé à son médecin…" Depuis, elle est en congé maladie et doit suivre un traitement antibiotique de plusieurs mois.


Des tests élargis

Tous les employés en contact direct avec la personne infectée ont subi des tests médicaux. Au total dans cette affaire, "quatre personnes ont été isolées. Sur ces 4 personnes, une seule s’est avérée positive et a fait l’objet d’une procédure médicale", fait savoir Stefaan Slaghmuylder, président du SLPF Finances au sujet de l’employée du bureau d’accueil infectée par la tuberculose. Pour les trois autres, elles ont été contrôlées positives, mais n’ont pas développé la maladie.

Une nuance qui porte souvent à confusion quand on évoque la tuberculose et qui pourrait expliquer la panique au sein de la Finto. "Cette nuance crée souvent un sentiment de peur auprès du public", indique la docteure Maryse Wanlin, directeur du Fond des affections respiratoires (Fares).

Elle nous en dit un peu plus sur la maladie. La tuberculose est une maladie infectieuse provoquée par une bactérie: ‘le bacille de Koch’. "C’est une maladie qui affecte généralement le poumon, mais aussi beaucoup d’autres organes.

C’est une maladie contagieuse par voie respiratoire", ajoute la docteure Maryse Wanlin. En toussant ou en parlant, les personnes atteintes de tuberculose peuvent contaminer les autres. Les bactéries sont libérées dans l’air. L’inhalation de cet air provoque la contamination. "Les symptômes de la maladie sont souvent une toux qui perdure, des crachats de sang, des douleurs thoraciques,…" Le traitement comporte plusieurs antibiotiques afin d’optimiser les chances de guérison et d’empêcher la survenue de résistances. "Suivi correctement, il est efficace dans quasi 100% des cas", poursuit la directrice du 'Fares'. Le traitement standard est de minimum 6 mois. Des complications peuvent apparaître si les bacilles sont plus résistants.

V3

(source: fares.be)

La tuberculose comporte deux stades:

  • Le premier dit de ‘l’infection latente’. C’est le cas des trois personnes contrôlées positives au sein de la Finto. La bactérie est présente dans l’organisme, mais ne se développe pas. Elle est dormante. "Ces personnes ne sont pas malades. Elles ne sont pas contagieuses et ne présentent donc aucun danger", précise la docteure Maryse Wanlin. (cfr. case jaune dans le tableau ci-dessus). 90% des personnes infectées par la bactérie sont dans ce cas de figure. Parmi ces personnes, 10% développeront la maladie au cours de leur vie. Soit rapidement après la contamination, soit plus tard dans leur vie. On estime qu’un tiers de la population mondiale présente une 'infection latente'.
  • Le second stade de la tuberculose est celui où la bactérie se multiplie et le sujet passe au stade de la ‘tuberculose-maladie’ (cfr. case orange dans le tableau ci-dessus). La personne est malade et contagieuse. Elle doit suivre un traitement antibiotique. C’est le cas de la personne atteinte de la tuberculose à la Tour des Finances.

En Belgique, la maladie diminue d’année en année. On parle de 1000 cas par an sur notre territoire. La Belgique est clairement un pays à "faible incidence". Comme dans les autres pays à "faible incidence", la tuberculose est inégalement répartie. D'après le Fond des affections respiratoires, on observe un plus grand nombre de cas au niveau des grandes villes qui concentrent les populations vulnérables: précarisés, marginalisés, sans domicile fixe, immigrants de pays à haute prévalence. Ainsi, la Région de Bruxelles-Capitale présente une incidence environ 4 fois plus élevée que celle observée en Wallonie ou en Flandre.

Vos commentaires