En ce moment
 

"À vomir", "sadique", "ignoble": une centaine de spectateurs a quitté la séance du dernier Lars von Trier à Cannes

De « Breaking the waves » à « nymphomaniac » en passant par « Dancer in the dark », Lars Von Trier s’est toujours démarqué par des œuvres personnelles fortes, voire dérangeantes. Son dernier film ne déroge pas à la règle. La présentation de The House that Built Jack a créé l’événement à Cannes. Mais pas forcément pour de bonnes raisons.

Dans la salle, la projection a été ponctuée par de nombreux cris d’horreur. Certains ont même refusé d’en voir plus. « Je n'ai jamais vu ça à un festival. Plus de 100 spectateurs sont sortis du Lars Von Trier qui montre des femmes et des enfants en train de se faire mutiler. Une festivalière s'est écriée, c'est répugnant», a raconté un des critiques de Variety.

Comme l’indiquait la mention rarissime « scènes violentes » sur les billets d’entrée, le nouveau Lars Von Trier comporte des scènes ultra-violentes. Insoutenables pour certains. Le film, composé de cinq parties, montre crûment cinq meurtres. On y voit notamment des enfants torturés, des femmes mutilées. L’une se faisant même couper les seins.

Outre la sortie d’une centaine de spectateurs, l’autre fait notable de cette soirée fut la réaction de ceux qui sont restés jusqu’à la fin : le film a eu le droit à une standing ovation. Mais sur les réseaux sociaux, le hashtag TheHouseThatJackBuilt est surtout associé à des commentaires de spectateurs en colère.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

"J'ai parlé à un festivalier qui sortait de la séance du dernier Lars Von Trier à Cannes : 'Il mutile Riley Keough, il mutile des enfants... et il nous est demandé de regarder cela en tenue de soirée ?'"


Vos commentaires