En ce moment
 

"Popeye", l'homme aux ÉNORMES biceps, a retiré ses faux muscles (vidéo)

© Youtube

Il y a quelques semaines, nous vous parlions de Kirill Tereshin, un Russe qui risque sa vie en s'injectant du Synthol, une solution huileuse composée d'un mélange d’acides gras, de lidocaïne et d'alcool, pour se créer des gros bras. L'homme de 23 ans, originaire de Piatigorsk, une ville et une station thermale dans le sud de la Russie, est devenu célèbre dans son pays grâce (ou à cause) de ses bras démesurés. "Popeye" voulait ressembler à Hulk et devenir beaucoup plus costaud que les bodybuilders, et cela, sans se soucier des conséquences.

Après les nombreux avertissements des médecins, il a réalisé qu'il risquait de perdre ses deux bras. Il a donc accepté de retirer ses faux muscles.

C'est Alana Mamaeva, une militante qui s'occupe des victimes de chirurgie plastique ratée qui a réussi à le convaincre. Elle a même été jusqu'à récolter des fonds pour financer les interventions de Kirill. Les chirurgiens ont dû réaliser trois opérations pour retirer toute la masse dont une partie était nécrosée.

----

Une image instagram a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.
Une image instagram a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

----

"La substance a été injectée si profondément qu’elle s'est propagée dans le muscle et l'a tué", a expliqué Dmitry Melnikov, chirurgien.

"Kirill s'est injecté environ trois litres dans chaque bras. Ce qui a saturé les tissus musculaires et bloqué la circulation sanguine. Mais le culturiste a eu beaucoup de chance", a précisé le docteur. Heureusement, la substance "ne s’était pas propagée dans le reste du corps".

----

Une image instagram a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

 
 

---


Le cas de Kirill n'est pas isolé. La mixture que le jeune Russe s'est injectée est utilisée par de nombreuses personnes, car il s'agit d'une méthode peu coûteuse. 

"Dans l'ensemble de notre pays, les femmes reçoivent souvent une injection de ce produit et se retrouvent défigurées", a précisé le médecin.

---

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires