En ce moment
 

Ce chien a changé la vie d'Alex, un petit garçon autiste

Ce chien a changé la vie d'Alex, un petit garçon autiste
Austime

Alex est un enfant autiste de 3 ans. En octobre 2014, un chien, nommé Ollie, a changé sa vie.

On connaissait les chiens guides pour aveugles, mais saviez-vous que les personnes autistes avaient aussi besoin de cet animal? Ollie a d'ailleurs changé la vie d'Alex, un petit garçon australien de 3 ans atteint d'autisme. "Un jour, Alex avait montré beaucoup d'intérêt pour le chien d'un voisin", confie sa maman Cassandra, comme on peut le lire sur le site de Closer.

En cherchant un compagnon à quatre pattes pour son petit garçon, Cassandra tombe sur l'association australienne Smartpups, qui élève et entraîne des chiens pour enfants handicapés victimes de paralysie cérébrale, d'épilepsie et d'autisme. "Chaque chien est choisi et formé en fonction des besoins spécifiques de l'enfant autiste."

16.000 euros pour adopter Ollie
C'est donc Ollie, un Labradoodle, croisement entre un labrador retriever et un caniche, qui entre dans la vie d'Alex. "En plus, son pelage noir était aussi doux que celui d'un mouton, un vrai coup de coeur", se réjouit la maman. Mais pour adopter le chien, il faut réunir une somme importante: 16.000 euros. Toute la famille met donc la main à la poche, et vend même quelques aquarelles dessinées par Alex. En octobre 2014, Ollie débarque chez les Merrigan. "Alors qu'il lui a fallu un an pour assimiler l'existence de sa petite soeur, Emery, mon fils a très vite pris conscience d'Ollie, confie la maman. Ces deux-là se sont bien trouvés. Ils adorent mâchouiller plein de trucs et se serrer l'un contre l'autre dans des endroits exigus."

Une page Facebook a été créée pour partager ces grands moments de complicité entre le petit garçon et son animal. "Nous voulons montrer les bienfaits des chiens guides pour enfants autistes. C'est une nouvelle thérapie et le public n'est pas assez informé."

"C'est la plus belle des victoires"
L'animal comprend vraiment son maître, comme l'explique la maman. "Par exemple, quand il sent que le petit est fébrile et au bord de la crise, il pose sa truffe contre le visage d'Alex ou encore sa tête sur ses genoux. Ce contact physique est très apaisant pour mon fils." Grâce à son chien, le petit Alex gère mieux sa détresse émotionnelle. "Quand nous faisons des balades, Alex est relié par un harnais à Ollie qui l'attend, le canalise. Mon fils a un compagnon fidèle. Alex lui fait des énormes câlins, il dort la tête posée sur lui. C'est si nouveau de le voir dorloter quelqu'un. Pour nous, c'est la plus belle des victoires."

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.
Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires