En ce moment
 

Kathleen mise à l'adoption il y a 60 ans recherche sa mère biologique: sa quête va l'emmener de surprises en surprises

Kathleen mise à l'adoption il y a 60 ans recherche sa mère biologique: sa quête va l'emmener de surprises en surprises
©ITV

Kathleen Fraser Jackson, 62 ans, une Britannique de Wembley a été mise à l'adoption à l'âge de 6 mois. Toute sa vie, elle a voulu retrouver sa mère biologique, malgré le fait qu'elle était elle-même devenue maman de 5 enfants et qu'elle avait 12 petits-enfants... Savoir d'où elle venait lui semblait essentiel. Elle a alors décidé de participer à une émission télévisée appelée "Long lost Family", soit en français "une famille perdue il y a longtemps" diffusée sur ITV en Grande-Bretagne.

À l'âge de 14 ans, Kathleen fait une découverte impromptue, quand une fiche d'adoption glisse soudainement d'un des dossiers de sa conseillère d'école. Kathleen découvre que sa maman qui est décédée lorsqu'elle avait 3 ans était en fait une mère adoptive, et qu'elle a été mise à l'adoption à l'âge de 6 mois. C'est écrit noir sur blanc.

Elle se met alors en tête de retrouver sa maman biologique. Son père adoptif avait, lui, refait sa vie de son côté et avait décidé de l'écarter de sa nouvelle famille en la plaçant à l'âge de 5 ans dans un pensionnat: "Ce n'était pas une enfance heureuse, je ne me sentais pas faisant partie d'une famille et honnêtement, je pensais que personne ne se souciait vraiment de moi", se rappelle la dame.

Lors de ses recherches, Kathleen découvre que sa mère biologique était une "femme blanche de la haute société" tombée enceinte d'un homme jamaïcain étudiant au Royaume-Uni. Il était clair que sa mère biologique n'avait obtenu aucun soutien de la part de sa famille pour garder cet enfant né hors mariage. Un scandale dans les années 50.

"Apparemment, à ma naissance, ma grand-mère, soit la mère de ma mère naturelle aurait déclaré: "J'accepterai n'importe quoi mais je n'accepterai pas un enfant noir dans cette famille", raconte la dame.

Après une analyse d'ADN effectuée par l'équipe de chercheurs de l'émission, une correspondance très semblable avec un autre ADN est trouvé dans la banque de données. Selon les spécialistes, il ne peut s'agir que d'une demi-soeur. Cette femme s'appelle Alison Hargreaves, et vit à plus de 3.000 km de distance, au Canada. Cette personne retrouvée, Alison confie la première bonne nouvelle de cette quête: leur mère, Kathleen Senior est toujours en vie et elle a 87 ans.

Révélations en cascade

Kathleen Senior apparaît alors dans l'émission. Elle confie les raisons qui l'ont poussée à mettre Kathleen à l'adoption. Elle dit: "Je voulais que Kathleen ait un foyer accueillant avec deux parents et une vie convenable. Elle méritait le meilleur face à la stigmatisation de la société de cette époque."

Elle se souvient du jour où elle a confié Kathleen à sa mère adoptive, et décrit ce moment particulier: "Elle voulait un enfant métis. J'ai regardé Kathleen dans le buggy et l'expression sur son visage, je m'en suis toujours souvenu, c'était un pur bonheur absolu. J'ai beaucoup pleuré pendant deux mois. Je la connaissais, je la tenais dans mes bras et vous ne pouvez pas l'oublier."

La présentatrice de l'émission montre alors à la vieille dame un cliché actuel de sa fille avec ses 5 enfants et ses douze petits-enfants. Kathleen Senior se penche sur la photo, l'observe attentivement et fait alors une révélation étonnante. Elle dit: "Cela me fait penser à mon premier enfant, Jean."

Kathleen Senior raconte alors que plusieurs années avant d'avoir eu Kathleen junior, elle a en effet donné la vie à un autre enfant, une petite fille, prénommée Jean, également née d'un père jamaïcain alors qu'elle n'avait que 18 ans.

Cette petite fille a été adoptée à l'âge de six mois à Aberdeen, en Ecosse.

Les retrouvailles entre Kathleen et sa mère biologique sont alors organisées. Vient ensuite Jean, née 6 ans avant Kathleen. "J'ai une maman et je suis ravie d'avoir aussi une grande soeur..."

Mais l'histoire ne s'arrête pas là... En analysant l'ADN de la lady, les chercheurs ont également retrouvé un demi-frère, Teddy qui partage le même père que Kathleen et qui vit à 10 km de chez elle, en Angleterre.

Teddy ne connaissait pas l'existence de Kathleen. Son père ne lui en avait jamais parlé. Le père de Teddy et Kathleen est mort 2 ans auparavant, mais en rencontrant Teddy autour d'un café et en évoquant son père qui, jusque-là, n'était "qu'un étudiant jamaïcain", Kathleen se sent revivre: "C'est quelque chose de très profond. J'ai la sensation d'avoir aussi ma propre histoire."

Et la dame de conclure: "Ces derniers mois m'ont permis d'avoir ma propre famille! Une famille qui s'étend sur plusieurs continents. Je suis aimée...", s'enthousiasme-t-elle.

> VOIR LA VIDEO

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires