En ce moment
 

Un employé accepte d'être payé en liquide, il reçoit sa paie... dans un seau rempli de pièces de 5 centimes

Un employé accepte d'être payé en liquide, il reçoit sa paie... dans un seau rempli de pièces de 5 centimes
© Capture d'écran Twitter @rianjkeogh
 
 

Rian Keogh, un employé dans un bar de Dublin, a couru pendant des semaines après son dernier salaire. En acceptant de recevoir sa paie en espèces, cet employé ne s'attendait pas à ça ! Son patron lui a finalement donné... dans un seau contenant près de 30 kg de pièces de 5 centimes!

Rian Keogh travaillait chez Alfies, un bar sur South William Street à Dublin, en Irlande. Il venait de prester ses derniers jours de boulot et attendait impatiemment de recevoir son dernier salaire. "J'ai couru après mon dernier salaire pendant des semaines", écrit le jeune homme sur son compte Twitter. 

N'ayant plus ses coordonnées bancaires, son patron lui a demandé s'il pouvait le payer en liquide. En acceptant, Rian ne s'attendait clairement pas à ça! Il reçoit finalement un message de son patron lui indiquant que sa paie se trouvait devant la porte d'entrée du bar. La découverte fut surprenante pour l'ex-employé. "J'ai finalement obtenu mon salaire, mais dans un seau de pièces de 5 cents", ajoute-t-il sur le réseau social. 

Le seau pèse près de 30 kg et contient en effet uniquement des pièces rouges de 5 centimes. Preuve à l'appui, il a publié une photo de son seau sur une balance sur son compte Twitter. "Preuve du seau pour tous les non-croyants aussi", a-t-il commenté.

De nombreux internautes l'ont incité à signaler un tel comportement. 

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.

 




 

Vos commentaires