En ce moment
 

En pleurs, Bernard Montiel réalise que sa guerre avec TF1 fait des victimes collatérales: "Je suis effondré" (vidéo)

En pleurs, Bernard Montiel réalise que sa guerre avec TF1 fait des victimes collatérales:

Hier soir, Bernard Montiel n'a pu retenir ses larmes sur le plateau de l'émission "C'est que du kiff" qui remplace Touche pas à mon poste durant le confinement.

La veille, l'ancien animateur de Vidéo Gag était revenu sur son départ de la chaîne TF1, avec qui il n'est pas du tout en bons termes. Bernard Montiel avait révélé que son salaire avec été divisé par 20 lors de son transfert sur la chaîne TMC, qui appartient au groupe TF1.

Une bonne intention

Mais ce conflit semble faire des victimes collatérales, Bernard Montiel en a eu la preuve, et il s'en veut. 

Selon les informations de Cyril Hanouna, TF1 aurait refusé la diffusion d’un clip de l’association SOS Incestes et Violences Sexuelles dans lequel Bernard Montiel a prêté son visage en tant que personnalité. "Ce n'est pas lié au message, c'est lié aux acteurs dans le clip", dit le communiqué du groupe. Pour Cyril Hanouna et ses chroniqueurs, il est évident que ce qui pose problème, c'est Bernard Montiel.

"Je suis très gêné de cette histoire"

"Je suis très gêné de cette histoire. Je me sens coupable, si c'est à cause de moi... c'est horrible. Ce clip, c'est pour les enfants victimes d'inceste, ne me mêlez pas à ca. Si c'est à cause de moi, je suis effondré, je suis effondré", dit l'animateur, en pleurs.

"C’est très décevant, j’espère que ça ne vient pas de ce que j’ai dit hier. Cette histoire que j’ai dite hier était strictement vraie et datait d’il y a 18 ans. Il y a eu trois directions entre temps, donc ceux qui sont actuellement sur TF1 ne sont pas mêlés à mon histoire."

De son côté, Cyril Hanouna a tenté de le rassurer. "On t'a demandé de prêter ta personnalité à une association qui te tenait à coeur. C'est ridicule de leur part. Ce n'est pas de ta faute."

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires