En ce moment
 

Héritage Hallyday: David renonce à la succession de son père, annonce son avocat

Héritage Hallyday: David renonce à la succession de son père, annonce son avocat
© Image Isopix
 
Johnny Hallyday

Ultime rebondissement dans la saga de l’héritage de Johnny Hallyday: son fils David annonce, par la voix de son avocat, renoncer à la succession de son père, sans rien avoir reçu. Il avait déjà déclaré il y a quelques semaines renoncer à toute poursuite judiciaire. Une façon, dit-elle, de “protéger” financièrement ses soeurs dont Laura Smet, qui a, elle, trouvé un accord avec Laeticia.

David Hallyday renonce à la succession de son père, a indiqué vendredi son avocat, alors que l'héritage de Johnny Hallyday était au coeur d'une longue bataille entre sa veuve et ses aînés Laura Smet et David Hallyday.

David Hallyday "a renoncé à la succession de son père" et "nous nous désistons de toute instance judiciaire", a affirmé à l'AFP Me Pierre-Jean Douvier, confirmant une information parue dans Le Figaro.

"L'objectif de protéger ses trois soeurs est atteint et nous nous en réjouissons. David ne reçoit rien, que ce soit patrimonialement ou financièrement et il ne demande rien. Il n'a pas reçu d'objets symboliques", précise l'avocat. "Désormais la page est tournée et David regarde l'avenir avec le retour de la sérénité", poursuit-il.

Un accord entre Laura et Laeticia conclu le 3 juillet

Mi-juillet, Laeticia Hallyday affirmait dans Paris Match que l'héritage de la rock star, décédée en décembre 2017, était "du patrimoine, peu de trésorerie et beaucoup de dettes". Selon la presse française, Laura doit toucher 2 millions et demi d’euros, dont 1 million qui devait revenir à David. Laeticia Hallyday lui aurait proposé des droits d’artiste, notamment sur cette chanson qu’il a composée pour son père en 1989. Aujourd’hui, David renonce aussi à cet argent.


L'avocat de Laeticia Hallyday avait annoncé le 3 juillet la conclusion d'un "accord définitif" entre la veuve de Johnny et Laura Smet, qui avait la première saisi la justice pour contester le testament de son père rédigé aux Etats-Unis. Cet accord, dont les détails n'avaient pas été dévoilés, a mis fin à plus de deux ans de procédure devant les tribunaux.

 

 

Vos commentaires