En ce moment
 

Le chanteur belge Joane révèle avoir été victime de harcèlement scolaire: "J'ai pris beaucoup sur moi" (vidéo)

Le chanteur belge Joane révèle avoir été victime de harcèlement scolaire:
© RTL INFO
 
 

Joane était l'invité du RTL INFO avec Vous ce vendredi afin de présenter son premier album, un EP de cinq titres.

Le chanteur Joane sort "Cheveux longs", un EP de cinq chansons. Il a choisi ce titre, car il trouve que lorsqu'il avait les cheveux courts, il ressemblait un peu à tout le monde. "J'essayais d'entrer dans les codes. A un moment je me suis juste laissé porter par la vague rock dans laquelle j'étais à ce moment-là. Le rock m'a permis de me lâcher", confie le Wallon.

Ce dernier explique que cet album est un peu autobiographique. Le chanteur, de son vrai nom Adrien Binon, explique avoir choisi Joane comme nom d'artiste, car il s'agit du prénom de sa cousine et de son voisin. Il explique avoir aimé son côté non-genré car il lui permet d'être "qui il veut, quand il veut". "De nombreux artistes ont pris un pseudonyme pour se sentir plus fort et plus libre". 

Avant cet EP en français, le chanteur explique qu'il se cachait derrière des textes en anglais par pudeur. "Pour beaucoup, c'est plus facile de chanter en anglais pour se cacher", dit-il. Selon lui, ses proches analysent plus facilement ses textes en français. 

Le harcèlement scolaire

Son titre "Tête Haute" s'inspire de la période durant laquelle il était victime de harcèlement scolaire. "J'ai pris beaucoup sur moi. C'est pour ça que je me suis longtemps caché. Je me suis dit: 'Garde la tête haute, fonce'. Peut-être que ce message peut parler à beaucoup de personnes. Il est sorti au début du confinement et je crois qu'il a raisonné par rapport à ça. Je suis très fier de cette chanson". 

"Souvent, on essaie d'être quelque chose qui est attendu et quand on prône quelque chose de différent, on fait partie de la niche et ça demande plus d'énergie et d'effort pour se démarquer et c'est ce qui me plaît", explique le chanteur. "Quand on est différent, on voit ça comme quelque chose qui peut choquer". 


 




 

Vos commentaires