En ce moment
 

Le nez de Rodrigo Alves commence à TOMBER depuis sa 11e rhinoplastie: "J’ai peur"

Le nez de Rodrigo Alves commence à TOMBER depuis sa 11e rhinoplastie:
© Isopix

Rodrigo Alves, l'homme surnommé le "Ken humain" a accordé une interview au MailOnline. Le Brésilien, adepte de la chirurgie esthétique, a confié avoir peur car son nez commence à tomber. Pour rappel, Rodrigo a subi 72 interventions esthétiques, coûtant près de 700.000 euros.

 L'homme de 36 ans qui rêve de devenir chanteur a expliqué qu'il avait effectué une onzième rhinoplastie afin de corriger quelques imperfections. Mais cette intervention a été celle de trop, selon Rodrigo. Ce dernier vit des moments difficiles depuis ce moment.Les résultats de cette opération étaient satisfaisants au début, mais je vais devoir subir une autre opération, car mon nez est en train de s'effondrer et j'ai peur, pour être honnête. Chaque fois, le risque est plus grand que le précédent et je crains que les médecins ne puissent pas réparer mon nez de façon permanente", a-t-il avoué.

Rodrigo a confié avoir subi une procédure risquée pour l'aider à respirer après que son nez a "commencé à tomber". Mais les médecins l'ont averti qu'il pourrait rester avec un trou dans le visage s'il continuait à subir des opérations.

À chaque fois que Rodrigo subit une opération, il risque sa vie. Mais en dépit de tout ce qui se passe, Rodrigo a également fait installer un ballon gastrique par son ami chirurgien plasticien, Giacomo Urtis, au cours du week-end.

Un ballon gastrique, également appelé ballon d'estomac, est un dispositif gonflable qui est placé dans l'estomac pour réduire le poids.

"J'ai également pris 20 kilos au cours des derniers mois à cause de la détresse de ne pas pouvoir respirer. Je suis un humain et, comme tout le monde, j'ai des sentiments. Je peux aussi être vulnérable (...) Pour le moment, je recherche des interventions non-chirurgicales ne nécessitant pas une anesthésie générale", a expliqué l'homme.

Une image instagram a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires