En ce moment
 

Michel Sarran a fermé son restaurant: "On est les deux genoux à terre" (vidéo)

Le chef Michel Sarran a fermé son restaurant:
© Dailymotion - CNews
 
Michel Sarran
 

"Il est 21H00. Merci de rentrer chez vous"… Depuis le 17 octobre, près de 20 millions d'habitants en région parisienne et dans huit métropoles françaises se sont pliés à l'obligation de couvre-feu, mesure prise par le gouvernement pour enrayer la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus. Contrairement à la Belgique où tous les restaurants sont fermés, les restaurants français sont ouverts jusqu’à 21h. Mais cette mesure fragilise une nouvelle fois les restaurateurs, déjà soumis à rude épreuve avec le confinement, et pour qui la deuxième partie de la soirée représente une importante partie de leur chiffre d'affaires.

Une vidéo DailyMotion a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.


Le chef Michel Sarran a décidé de fermer son restaurant situé à Toulouse. "Nous avons ouvert juste pour le déjeuner cette semaine, quand on a eu l’annonce du couvre-feu. Après, on a fait le point et, économiquement, c’est moins grave de fermer que de rester ouvert", a détaillé le chef à CNews le 23 octobre. "On perd de l’argent en étant ouvert. Aujourd’hui, on est les deux genoux à terre et la situation économique est très grave pour le secteur de la restauration", précise le célèbre chef qui souhaite une aide du gouvernement. 

"Quand vous avez passé vingt ans à construire un outil de travail, que vous avez investi tout votre argent et votre énergie, et que vous sentez que tout part en fumée. Des mesures sont prises, mais on ne les trouve pas équitables. On a envie de crier au secours. On attend du gouvernement qu’il nous aide", a précisé Michel Sarran. 

"On nous dit qu’à partir de 21h il faut fermer, donc c’est nous qui prenons la décision de fermer nos établissements. À Toulouse, chez nous, on prend l’apéritif à 21 heures. On se tue nous-même...", a lancé l’homme en colère. 

 COVID 19 Belgique : où en est l'épidémie ce lundi 26 octobre?

 




 

Vos commentaires