En ce moment
 

Porsche McGregor-Sims, mannequin et actrice, meurt à l’âge de 27 ans

Porsche McGregor-Sims, mannequin et actrice, meurt à l’âge de 27 ans
 
 

La mannequin britannique est décédée d’un cancer agressif du col de l’utérus qui n’a pas été détecté à temps.

Porsche "Pops" McGregor-Sims, mannequin, actrice, est décédée à l’âge de 27 ans alors que son cancer de l’utérus avait été diagnostiqué la veille. La jeune femme présentait plusieurs symptômes depuis plusieurs mois : des saignements et des douleurs abdominales. Mais son gynécologue n’avait pas jugé nécessaires de procéder à des examens physiques de la patiente, estimant que ces symptômes étaient dus à des symptômes hormonaux. Un frottis vaginal de la mannequin ne montrait aucune anomalie, mais il datait de 2017.

Fiona Hawke, la mère de McGregor-Sims, questionne aujourd’hui les compétences du gynécologue qui a pris en charge sa fille. Elle dénonce le fait qu’aucun examen physique n'ait été entrepris alors que sa fille avait des saignements. "Vous n'avez pas fait la chose la plus basique, la plus fondamentale qui est de faire un examen", a-t-elle déploré. "Vous vous êtes concentré sur son SCI (syndrome du côlon irritable) et sur un autre type de saignement... et cela n'a aucun sens pour moi", a-t-elle poursuivi.

"La nature assez spécifique de ses saignements m'a fait penser que le risque de cancer du col de l'utérus était faible", a répondu le gynécologue. "J’ai pensé qu’il y avait un nombre important de causes potentielles pour ses douleurs", a-t-il encore raconté. Le docteur a finalement présenté ses excuses à la famille, se disant "très désolé".

En Belgique, le cancer du col de l'utérus est responsable de près de 190 décès par an, indique la Fondation contre le cancer. On considère que près de 90 % d'entre eux pourraient être évités grâce à un dépistage régulier. En effet, ce type de cancer se développe progressivement, à partir de lésions dites précancéreuses. Les frottis systématiques permettent de découvrir et de traiter précocement les lésions suspectes. Un vaccin est désormais disponible pour se protéger de ce cancer.


 




 

Vos commentaires