En ce moment
 

Quatrième accusation contre Patrick Bruel: une autre masseuse évoque "des demandes lourdes et des allusions sexuelles"

Quatrième accusation contre Patrick Bruel: une autre masseuse évoque
©Belga

Depuis le mois d’août, le chanteur Patrick Bruel est fait l’objet d’accusations pour comportement déplacé auprès de jeunes femmes, toutes masseuses. La première à avoir brisé le silence révélait des faits de demandes inappropriées. Deux autres jeunes femmes ont suivi. Ce samedi, une quatrième masseuse s’est exprimé dans le journal français Le Progrès.

Une quatrième masseuse témoigne dans un quotidien français. Elle dénonce le comportement déplacé du chanteur. Les faits se seraient produits en 2017 dans un Club Med en montagne. Lors de la séance, la jeune femme révèle avoir été très embarrassée. "J’étais ultra mal à l’aise. Je suis allée jusqu’à mes limites." Elle évoque "des avances", des "demandes lourdes et des allusions sexuelles".

L’esthéticienne ne souhaite pas porter plainte, elle veut "crédibiliser le témoignage de la première fille". Elle ajoute: "Patrick Bruel n’est pas le seul. Ce sont toujours des personnes qui ont une certaine puissance ou renommée qui s’amusent à faire ce genre de chose. Plus on a de pouvoir, plus on se sent permis de faire certaines choses. Dans ce cas-là, je suis restée pétrifiée."

Des intimidations et demandes déplacées

Il y a quelques semaines, deux autres femmes corroboraient le témoignage de la première masseuse. L’une d’elle raconte avoir rencontré le chanteur en 2008. Selon elle, il aurait refusé d’enfiler un sous-vêtement jetable et aurait réclamé une caresse sexuelle "avec les mains". Elle explique également que Patrick Bruel aurait joué d’intimidation en disant "bien connaître son patron".

D’autres faits semblables remontent à 2011 à Saint-Barthélémy. La star aurait là encore refusé de porter une serviette avant d’éteindre la lumière et de réclamer une fellation. Ces accusations vont toutes dans le sens de la première qui se serait produite en Corse. Le parquet d’Ajaccio a ouvert une enquête préliminaire pour "exhibition sexuelle" et "harcèlement sexuel". Patrick Bruel a été entendu. Il nie les faits et affirme n’être "attiré que par les femmes qui ont du désir pour moi."

Vos commentaires