En ce moment
 

Témoignage violent contre Thierry Samitier dans TPMP: "Il était nu, m’a collé sur le lit en me tenant les mains" (vidéo)

Témoignage violent contre Thierry Samitier dans TPMP:
©Isopix
Thierry Samitier

Mardi dernier, Thierry Samitier, une des stars de "Nos chers voisins" sur TF1, était accusé par deux comédiennes de harcèlement et violences sexuelles. Elles ont témoigné dans une enquête de MediaPart. Thierry Samitier avait tenté de s’expliquer sur le plateau de TPMP jeudi dernier, il avait nié les faits. Mercredi soir, une troisième jeune femme livre un témoignage glaçant contre l’acteur.

Thierry Samitier continue à faire parler de lui. Après les accusations de deux comédiennes contre lui pour agression sexuelle, une autre femme s’est exprimé hier soir sur le plateau de Cyril Hanouna. Déborah, nom d’emprunt, travaille également dans le milieu audiovisuel. Elle aurait rencontré Thierry Samitier lors d’une soirée. "On s’est croisé plusieurs fois sur des soirées donc on s’est lié d’amitié. (…) J’ai travaillé avec lui."

"C’est quelqu’un qui a toujours un esprit en dessous de la ceinture, témoigne-t-elle. Il fait toujours des allusions sexuelles." Déborah raconte ensuite deux "débordements". "Il a essayé de m’embrasser, je l’ai recadré gentiment en lui expliquant que ce n’était pas ce genre de relation." Thierry Samitier aurait alors fait des allusions sexuelles.

J’en ai jamais parlé parce que je me suis sentie responsable

Par la suite, Déborah raconte que la situation a empiré. "Je rentrais de voyage. On avait rendez-vous chez lui pour aller ensemble à un événement. J’ai demandé à emprunter sa salle de bain pour me faire une petite toilette. Quand je suis sortie de la salle de bain, il était nu, il m’a collé sur le lit… en me tenant les mains … je lui ai dit ‘Thierry, je ne veux pas de ça… non, non et non.’ Il m’a dit: ‘T’en as autant envie que moi’." La jeune fille explique que le refus le motivait. "Je suis sûr que dans sa tête, il n’a pas dépassé les limites."

Elle explique ensuite ne pas en avoir parlé depuis quatre ans. "J’en ai jamais parlé parce que je me suis sentie responsable." Quand l’affaire est sortie dans la presse, Déborah n’a pas supporté de voir Thierry Samitier se victimiser. "Pour les autres, il faut que moi j’ai le courage de parler."

 

Vos commentaires